«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

25 février 2006

Les héros de tous les jours

Dernière journée des Jeux olympiques d’hiver édition 2006. Je suis un amateur
« modéré ». J’aime bien l’ambiance des Jeux, la foule, l’enthousiasme des animateurs, les analyses, etc. En fait, pour être tout à fait honnête, je trouve que les Jeux olympiques font un excellent bruit de fond pour le café du matin. Je n’éprouve ni aversion, ni admiration envers les athlètes qui s’entraînent dans le seul but de monter sur le podium sous les applaudissements. Je suis conscient que l'engouement pour les Jeux olympiques découle d'un besoin de s’identifier à des héros, que les athlètes symbolisent le dépassement de soi et bla-bla-bla. Je me dis que c’est leur choix s’ils décident de s’entraîner 12 heures par jour pour peaufiner une pirouette. Bravo, mais ce n’est ni admirable ni grandiose. Ils s’entraînent avec acharnement dans un but purement égoïste, celui de gagner une médaille. Ils ne sauvent pas de vies, ne découvrent pas de médicaments contre le cancer, ne soulagent pas la faim. Ils font simplement leur boulot d’athlète.

Moi, ce qui m’impressionne, c’est quand une personne réussit à surmonter un préjugé qu’elle traîne depuis toujours. Quand un nouveau parent parvient à ne pas reproduire les erreurs commises par ses propres parents. Ce qui m’inspire, c’est quand je vois quelqu'un ramasser sans un mot, le papier nonchalamment lancé au sol par un paresseux et le jeter à la poubelle à sa place, comme ça, juste parce que c’est bien de le faire. Je pourrais parler aussi de ceux qui adoptent des enfants vivants avec des problèmes, ceux qui font du bénévolat, ceux qui procurent du bien aux autres gratuitement sans espoir de remporter une médaille. Grâce à ces héros de tous les jours, la vie se porte mieux, les sourires réapparaissent et tout le monde est gagnant.

Demain, les athlètes quitteront Turin et retourneront dans leurs pays respectifs en portant fièrement leurs médailles au cou. À leur arrivée, les caméras seront braquées sur eux. Ils seront ensevelis sous les éloges et les acclamations réservées aux héros. Ils reprendront ensuite leur entraînement dans le but d’accomplir une meilleure performance aux prochains Jeux olympiques et de remporter encore plus de médailles.

L’histoire de l’homme qui ramasse un papier jeté par un autre est vraie. Si vous assistez un jour à une telle performance, faites comme moi : sortez de votre voiture et allez féliciter cet athlète du civisme et accordez-lui une médaille d’or. Dites-lui que son geste est bien.

Les héros de tous les jours sont ceux qui ont intégré les trois valeurs des Jeux olympiques dans leur vie quotidienne et dans leurs relations avec les autres: plus haut, plus loin, plus fort.

1 commentaire:

Anonyme a dit...

WOW