«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

15 mai 2006

Loco Locass à la rescousse!

Je n'ai pas beaucoup de temps pour écrire. Je suis, entre autres, occupé avec ma nouvelle Nikon D70S. Je vous prépare quelques reportages photo, mais je dois préalablement me retrouver dans les multiples fonctions de l'appareil.

J'en ai assez de voir la face de Charest nous affirmer que « tout va bien », qu'il est fier du bilan de son parti et de sa « performance ». Je vous propose donc les paroles de Libérez-nous des libéraux qui résument parfaitement mon sentiment. Ceux — comme moi — qui n'aiment pas spécialement le rap y trouveront leur compte en ne lisant que les paroles.

Chapeau, Loco Locass

Libérez-nous des libéraux (texte de Batlam et Biz / musique de Chafiik) 


- Prêt pas prêt la charrue Charest, acharnée, charcute en charpie la charpente 
De la maison qu’on a mis 40 ans à bâtir 
- C’pas toi qui a milité pour Amir Khadir ? -( … )


-Maintenant la table est mise pour 4 ans à pâtir, à pâlir à vue d’œil
Ahuris à la vue d’la bande d’abrutis qui bradent à bride abattue 
Qui vendent à rabais, par la bande c’qu’y a pas de prix
Une fois l’mandat fini, le pays ressemble d'un abatis 
Coupe sombre, coupe à blanc, Coupe Grey 
« Alouette, je te plumerai » 
Pis pour couper court au courroux populaire
Patapouf étouffe la foule et légifère à tombeau ouvert
Pis tout sourire il sert la soupe populaire
( C’est ça être solidaire quand on a sacré tout à terre ) 
Afin de faire taire un argumentaire unique en terre d’Amérique 
Mais son affaire, ça fait ben trop l’affaire des régents d’affaires 
Du Canada pis du Conseil du Patronat
Bâillon pas bâillon, je raille pareil, le patron des patrons 
« Ta yeule Taillon ! » 
Heille si le dément démantèlement t’excite tellement 
Que c’est comme de la musique à tes oreilles 
Comment t’aimes le tintamarre des barbares, dans tes tympans d’avare hagard ? 


Face à la menace de la braderie on brandit 
Le poing de la Patrie à la face des bandits
Face à la menace de la braderie on brandit le poing ... 


Libérez-nous des Libéraux ! 


J’te l’dis carré, catégorique 
Jean Charest, Mike Harris : même combat, même charisme
Même kermesse des biens et services publics
Câlisse faut que ça finisse
La chasse aux bs pour eux c’t’une business inespérée
Pis ceux qui dépérissent
Y reste plus qu’à prier Saint Jean-Baptiste
Ça vous apprendra, ma race de séparatistes
Y’a pas de place, où on peut pas faire la piasse 
Contrats de performance pour la SGF, pour les CPE, ou les SDF 
Un impôt sur la quête? Tiens, ça serait pas bête ! 
Ça dirige le Québec comme une PME 
Comme un pimp ses putes, pour qu’elles alignent les P-I-P-E-S’ti ! 
Ça se sait ça s’connaît, la clef du succès pour le 24 Sussex
C’est d’assexuer le Québec
Quel beau sujet pour Jean-Claude Labrecque 
« À Hauteur de Gnome » ( hauteur de braguette ) 
Sucer debout, c’est ça se tenir drette...


zzzzzzzzzzzzip : «Je suis prêt » 


On est loin de « Maître chez Nous »
Maintenant comme jamais, il y a un traître chez nous
Ça s’entend quand il parle comme un derrière de boîte de céréales
Si tu penses me faire taire, tu perds ton temps j’suis intarissable
 « Je vais sous ton ciel, Muse! et je suis ton féal » 


Face à la menace… 
Libérez-nous des Libéraux !


Pendant que le kid de Sherbrooke
Liquide au souk ce qui nous distingue
Au carnaval libéral fédéral, ça bringue dingue
« Viva Canada ! Banana republica ! » 
« Mandat sur mandat, on est encore là ! »
Un parti unique, c’est un parti inique, cynique, qui nique 
Tout débat démocratique
La confiance de la rue est rompue
Car la cour de l’empereur corrompu accumule les écus


Et enfin, quand il sent la fin, le monarque débarque
Mais passe le pouvoir à son homme de main
Comme un bon roi Chrétien
Mais selon moi, Martin
Tient du requin ben plus que du dauphin


L’armateur, arnaqueur, anglo, franco –on sait pus trop- 
Joue sur tous les tableaux
C’est l’homme des shaloms et des salamalecs
Mais comment croyez-vous qu’il conçoive le Québec ?
Depuis 10 ans, véritable sous-marin
Soi-disant nous tend la main
Mais mate-le nous démâter
En parquant l’gros paquebot des fédéraux dans nos eaux
C’est sûr il s’insinue comme la moelle dans nos os
En somme ça me semble simple : sous les libéraux
Québec et Ottawa sont les lames d’un ciseau
L’une décrisse les racines du lys 
Et l’autre s’immisce au sein de nos services
Ça fait qu’émasculé, pis enculé, le calcul est pas compliqué : on va r’culer
Devant tant d’unifoliés déployés à tous les paliers
Croyez qu’on va tous se noyer, broyés, dans la marée rouge
À moins qu’on ne bouge …
Enweille bouge!


Libérez-nous des libéraux !


Les cols bleus, les cols blancs, toutes les écoles confondues
Faut se ruer dans la rue, au printemps comme une crue
Faire éclater notre ras-le-bol, une débâcle de casseroles Trêve de paroles, faites du bruit! 
Un charivari pour chavirer ce parti, comme en Argentine, en Bolivie 
D’un pôle à l’autre, c'est un constat continental : 
À bas le bulldozer libéral !


Libérez-nous des Libéraux !
Tamtid’lidé délibérez du libellé 
Tamtid'lido libérez-nous des libéraux

2 commentaires:

Qu'on se le dise... en rose ! a dit...

Le problème quand on se débarasse d'eux,c'est que nous sommes punis en obtenant pire !

André Bérard a dit...

Il n’y a effectivement pas beaucoup de choix. J'espère seulement qu'ils ne seront pas réélus! Ce serait le comble!

André