«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

23 mai 2007

Proverbialement vôtre!

Les Proverbes sont des formules populaires qui expriment en images, en métaphores, des faits, des réalités propres à une culture, à un groupe. C’est aussi ce qu’on appelle communément « la sagesse populaire ». En général, j’aime bien les proverbes. Je possède même un dictionnaire qui les regroupe par thèmes, par cultures, par sujets. En le feuilletant, je suis tombé sur le chapitre où l’on présente les proverbes et dictons de la famille chamito-sémitique (la plus ancienne famille linguistique attestée, dont l’aire géographique est délimitée par les bordures orientale et méridionale de la Méditerranée).

La « sagesse » véhiculée par les deux proverbes suivants me laisse songeur :

« La fille est un pont qui peut être foulé par n’importe qui. » [Iraq]

« Quand la fille ouvre la bouche, elle ouvre sa vulve. » [Iraq]



Les auteurs nous précisent le sens profond de ces « perles » de sagesse.

Le premier : C’est l’homme et non la femme, qui a le choix du conjoint. La femme est cantonnée dans la fonction de reproduction.

Le deuxième : La femme se voit dénier le droit à la parole : si elle parle pour se disputer ou réclamer ses droits, elle est comparée à une prostituée réclamant de l’argent.

Hé bin!

22 commentaires:

anne de bretagne a dit...

Ouille, nous pourrions ici débattre de toutes les différences culturelles... j'ai pour ma part beaucoup de difficultés à comprendre et à être objective face à la place réservée aux femmes dans certaines contrées lointaines et ces deux "perles" (de verre)reflètent cet état de fait: se taire et subir... C'est la raison pour laquelle il faut demeurer vigilant car nous avons des exemples "d'accomodements" qui frisent "l'irraisonnable"... et là j'arrête ma réflexion car je serais intarissable sur ce sujet... il était question de proberbes...

André Bérard a dit...

Pour ma part, je considère que la vigilance n'est pas suffisante. Nous ne vivons malheureusement pas dans un monde où tous se tiennent la main dans une immense ronde survolée par les colombes blanches de la paix universelle.

Je ne comprends pas, je ne suis pas objectif et je n'ai pas envie de me gargariser avec de grands principes de tolérance. Quand ça déborde des limites tracées par le bon sens ordinaire, il faut agir en conséquence.

Les femmes du Québec viennent tout juste de sortir d'une époque de noirceur. Évitons d'y retourner ou d'accueillir sous l'ombre du drapeau de la tolérance, ce qui est inacceptable et qui relève de pratiques moyenâgeuses.

anne de bretagne a dit...

Il est bien entendu que passé le cap de la vigilance, il faut agir et réaffirmer haut et fort, qu'ici nous vivons dans un pays où les femmes ont les mêmes droits que les hommes et que c'est non négociable. Les services d'immigration devraient être clairs là dessus et les candidats à l'immigration qui ne comprennent pas ça devraient réviser leur décision de venir habiter ici.Il est aussi inacceptable d'invoquer une Chartre des droits pour tenter de changer nos lois.

André Bérard a dit...

Bien dit!

Inkognitho a dit...

@ André, tu ne trouves pas que ça ressemble étrangement à des phrases entendues ici-même au Québec.

Une femme c'est comme une loi, c'est fait pour être violée.

Une femme a 2 paires de lèvres. Une pour dire des conneries et l'autre pour se faire pardonner.

Bien que ce soit dit de façon humoristique, il reste qu'il y a encore beaucoup à faire.

@ toutes les dames qui viennent de lire mon commentaire. Sachez que ces phrases ne sont pas de moi. Cependant, j'avoue qu'à la maison, je suis le maître incontesté.

Je vis seul ;)

André Bérard a dit...

@ Inkoghitho

Tu as tout à fait raison. D'où l'importance de veiller à la protection des acquis.

Bien des choses à la fois... a dit...

D'accord avec tous ces commentaires. Je rajouterai mon grain de sel en affirmant que la sauvegarde des "acquis" est

Zoreilles a dit...

Et moi qui croyais que je n'étais pas si féministe que ça. Quand je lis ces proverbes, je bondis de ma chaise!

Je me croyais aussi très pacifique mais ça non plus, ce n'est pas si sûr...

Ludovic a dit...

Pourquoi appelons-nous intégristes ceux qui veulent tout sauf s'intégrer? Ne sont-ils pas plutôt des désintégrateurs?

Anonyme a dit...

Ça nous fait penser à la mentalité qui avait cours pendant la grande noirceur ici. Les Chevaliers de Colomb et autres s'y reconnaîtraient...

Christian Beauregard a dit...

Moi je vais y aller a contre-poil juste pour écoeurer.

Mais plutôt en réponse à Inkognito.

Que ce soit une femme, un homme, un chien, une race ou quoique ce soit, l'humour ne peut pas être dans un seule sens.

C'est à dire que si on fait une blague sur une femme, c'est une blague et ne doit pas être pris au sens littéral.

je sais que la femme à fait des gains et que le sexisme n'est pas résolu mais il ne faudrait pas commencer à s'abstenir de faire des blagues juste pour ne pas froisser la fragile équilibre d'une minorité d'un groupe (tous confondu)

Combien de fois on entend, "un homme ne peut pas faire deux chose à la fois", "un homme ca pense avec son Pénis"

Ces blague sont d'autant plus sexiste que de dire qu'une femme pardonne avec son sexe, mais, on la ri, on l'accepte car on sait que ce n'est pas une majorité des hommes qui sont comme cela.

il y a des hommes qui cadrent avec cette réalité comme il y a des femmes qui cadrent avec l'autre mais un n'excuse pas l'autre.

Même chose au racisme des gens, on veut bien être tolérant mais on veut de cette tolérance en retour.

On doit tous se rejoindre dans le centre et non piocher sur un groupe pour le mettre à notre niveau et ou s'échanger le siège.

La femme n'a pas besoins d'étouffer l'homme pour se tailler une place. La plupart, maintenant, lui accorderons la place qui lui est due, c'est à dire d'être égale à part entière, ni plus, ni moins.

Cela s'applique au communautés aussi.

je veux bien m'insurger contre les inégalités mais tout le monde doit y être inclus.

Bien des choses à la fois... a dit...

J'hésite fortement à partager ce point de vue avec Christian Beauregard...En fait, je ne le partage pas. Je ne crois pas que les blagues sexistes doivent être prises à la légère, car elles sont plutôt le reflêt d'un lourd malaise... On peut se marrer de plusieurs choses ou idioties, mais lorsqu'elles touchent principalement des êtres ou un groupe de personnes, j'ai de la difficulté à me bidonner de bon coeur.
Je vous cite:
"La femme n'a pas besoins d'étouffer l'homme pour se tailler une place. La plupart, maintenant, lui accorderons la place qui lui est due, c'est à dire d'être égale à part entière, ni plus, ni moins."

Vous pensez sincèrement que la femme étouffe l'homme?
Encore une fois, je ressens un malaise face à cette citation que je perçois comme une bataille de pouvoir ou de lutte entre deux identités dont les desseins devraient plutôt se rapporter à de l'entraide plutôt qu'à une place de pouvoir dans la hiérarchie humaine.

Vision utopiste? Peut-être. Allez savor!

Merci pour cette p'tite montée de lait!

Christian Beauregard a dit...

Pour bien des choses à la fois

Ce n'est qu'une constatation et c'est effectivement une lutte de pouvoir inutile.

heureusement ce n'est pas tout le monde qui le voit de même mais si tu lisais mon commentaire en entier je dit bien que TOUT le monde devrait être égaux.

mais c'est cette mentalité de miser sur un commentaire et de ne pas comprendre le "big picture"

Moi j'aime me bidonner de tout et de rien, la dérision, la parodie quand c'est de mise, je ne crois pas que personne ne soit à l'abri et tu sais pourquoi?

Car nous sommes tous un jour ou l'autre ces stéréotypes, sans exception, j'ai déjà pensé avec mon pénis et je suis sure qu'une fille à déjà pardonner avec son sexe.

Il y aura toujours des gens pour qui une blague aura un fond de vérité et ou sera une vérité pour celle-ci mais moi je me vois comme une personne qui fait la différence et je n'ai pas à me taire pour une minorité qui se sent victime, gars ou fille.

Il faut faire la part des choses ce que tu ne semble pas faire ici.

Christian Beauregard a dit...

En passant mes commentaires n'excuse en rien les proverbes horribles mentionnés dans le texte d'André car ceux-ci ne sont pas véhiculé en humour mais bien en temps que manière de vivre et mode de pensée de tout les jours.

Bien des choses à la fois... a dit...

Justement là est la danger! On ne naît pas victime, on peut le devenir par la force des choses.
Je ne DIS pas qu'il faut se la fermer et jouer à l'autruche ou à la vierge effarouchée, non, ce qu'il faut viser est une approche différente avec les autres.
Que le mec pense avec sa queue (pardonnez le mot, mais bon...) ou que la femelle pardonne avec son sexe, comme vous le dites, et bien soit! Au fond, je m'en contre balance!
Moi, ce qui m'énerve, ce sont les vérités toutes conçues, et là-dessus, je vous l'accorde, vous avez raison!
Allez, j'retourne au boulot!

Christian Beauregard a dit...

je n'excuse pas l'abus de blagues sexistes à l'endroit des femmes ou des hommes mais tsé...une joke de blonde....c'est drôle des fois ;)

Bien des choses à la fois... a dit...

C'est parce que chus blonde....grrr....grrrr....mauvais choix.....
(sourire)

Inkognitho a dit...

@ Christian J'adore blaguer et ce sur plusieurs sujets (j'aborde l'humour noir à l'occasion). Je ne dis pas que l'on ne doit pas en rire. Je dis simplement que pour bien des gens, c'est quelque chose à quoi ils croient. C'est ça que je trouve malheureux. Pour ce qui est de l'égalité entre l'homme et la femme, je n'y crois pas. L'homme et la femme se complètent et ils n'ont pas à essayer d'être l'égal de l'autre. Un n'est pas supérieur face à l'autre, nous sommes différents à ce que je sache. Pouer ce qui est de l'égalité salarial...c'est une autre histoire et je déborde du sujet.

Inkognitho a dit...

@ André...sujet chaud et délicat ; )

André Bérard a dit...

@ Inkoghitho

Sujet délicat, mais j'adore l'intelligence avec laquelle les lecteurs partagent leur point de vue, avec civilité et respect. Ça n'a pas toujours été le cas dans ce carnet ;-)

Bravo!

Christian Beauregard a dit...

À inkognito

C'est sure qu'à certains niveaux nous ne sommes pas égaux, je n'ai pas la capacité de donner naissance, mais à part cela, à moins d'une question de force physique prédominante chez l'homme, il n'y a pas de raison qu'on ne se mettent pas sur le même niveau, que ce soit les lois, les finances et les avantages de toute sortes.

Il y aura toujours des jeux de forces entre les gens mais ce n'est pas une question d'homme contre femme, tout le monde y joue à ce jeux.

mmmmmmmmmman a dit...

Que ce soit des blagues sexistes ou racistes... il y a toujours un brin de vérité en dessous quelque part et comme on est tous un peu menteur on croit que l'autre ne verra pas la vérité qui s'y cache, donc on est tous un peu sexiste et/ou un raciste... mais ça ne paraît pas c'est une blague... R