«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

19 avril 2006

Appel à tous!

Je songe sérieusement à créer un comité de vigilance citoyenne visant à influencer les décisions de la municipalité en matière d’urbanisme et de développement à Sainte-Adèle. Les différents projets qui ont cours (condos Delacroix) et qui s’annoncent (revitalisation de l’Îlot Grignon), m’incitent à lancer plus rapidement que prévu cette idée. Seul, je n’y arriverais pas. Je souhaite donc, à travers ce carnet, sonder le terrain avec vous.

Vous connaissez tous ma position concernant le développement qui sévit dans notre ville. Ma position est claire : oui au développement, mais pas à n’importe quel prix. Si le comité existe un jour, ce sera pour mettre de l’avant les principes du développement responsable et durable. L’écologie, le patrimoine culturel, le paysage au sens large (bâti et culturel) ainsi que la qualité de vie des citoyens et citoyennes de notre ville seront au cœur des préoccupations du futur comité.

Dans un premier temps (car il faut bien procéder par étape), j’aimerais lire vos commentaires sur ce projet.

Dans un deuxième temps, j’invite ceux qui souhaitent vraiment faire passer le projet en deuxième vitesse et à s’engager sérieusement, à m’écrire à mon adresse de courriel. Idéalement, chacun des membres de ce comité aurait une « spécialité ». Personnellement, le volet communication est directement lié à mes activités. Ainsi, je pourrais créer un outil Internet, rédiger des communiqués de presse, produire des outils de communication, etc. En revanche, je ne connais pas grand-chose aux affaires municipales et à la mécanique des séances du conseil (y a t-il un avocat dans la salle?).

À ce stade, il s’agit simplement d’étudier ensemble cette idée et de regrouper nos forces afin de les faire agir! Évidemment, le tout sur base bénévole.

J’attends vos commentaires et surtout vos idées.

Je suis ouvert à TOUS les commentaires, même ceux des non adélois! Les bonnes idées n'ont pas de frontières!

8 commentaires:

Accent Grave a dit...

Vous cherchez des avocats? Bonne idée! Là où je demeure, des avocats à la retraite furent d'un grand secours.

Il faut cibler vos membres, de façon précise, des gens qui n'ont aucun intérêt dans les projets que vous criquerez. Une bonne équipe est plus efficace qu'une grosse équipe. Les gens impliqués devront avoir de la crédibilité auprès de l'électorat, c'est primordial. La population sait reconnaître le vrai du faux.

Il faut aussi se méfier des gens qui aspirent à un poste de conseiller ou d'ex élus assoiffés de vengeance. Dans un premier temps, ces gens se montrent dévoués mais vous réaliserez ensuite qu'ils visent le pouvoir.

Trop de comités de vigilances se transforment en partis politiques, ensuite, tout est à refaire.

Quoi qu'il en soit je vous souhaite bonne chance et tenez-nous au courant.

Accent Grave

André Bérard a dit...

Merci pour vos commentaires encore une fois très pertinents. Je note aussi que la première réponse à cet appel à tous est celle d'un non adélois! Les autres villes des Laurentides possèdent toutes au moins un comité de citoyens qui agit dans plusieurs dossiers. À Sainte-Adèle : rien. Ici, l'action citoyenne semble se résumer à du chialage compulsif dans les blogues et sous le couvert de l'anonymat la plupart du temps. Pour être tout à fait honnête, je ne fonde pas beaucoup d'espoir dans ce comité, ou du moins dans la volonté des Adélois à se mobiliser. Le temps nous le dira! Dommage que vous habitiez à Belœil ; )

André Bérard

André Bérard a dit...

Étrangement, les lecteurs de Montréal et de Belœil semblent plus sensibles à la cause de Sainte-Adèle que les Adélois eux-mêmes!

J'ai reçu ce courriel de Mylène:

«Bonjour André,
Je suis fière de ta détermination à protéger le patrimoine de Ste-Adèle et des Laurentides en général, contre la spéculation et le développement sauvage qui sévit partout. Je crois qu’au stade où se développent les choses, un comité doit être mis sur pied sans délai, non pas seulement comme vigie mais s’imposer en tant qu’acteur à part entière dans les décisions qui se prennent actuellement à Ste-Adèle. Membre du comité d'actions citoyennes de Rosemont (même à Montréal, les citoyens se mobilisent afin de se réapproprier, préserver et améliorer leur milieu de vie!)  je te propose quelques pistes qui pourront servir ton action auprès de la municipalité (il faut parler leur langage). Lors des conseils d'arrondissement (chez vous probablement un conseil de ville), généralement une fois par mois, le public est invité à présenter ses griefs, doléances, propositions et projets aux élus et leurs représentants. Souvent, un journaliste des journaux locaux est présent, ce qui peut aider à rendre visible ta cause. En fait, pour faire avancer les choses, il faut effectivement être vu par un grand nombre de citoyens, idéalement faire parler de toi et de ton groupe d'actions dans le journal local, ce qui est utile pour mobiliser le public (le blogue quant à lui est un outil fort précieux pour recueillir idées et statistiques, et faire circuler l’information ponctuelle et journalière des actions en cours.)  Il y a moyen d’obtenir une requête de référendum, qui vise à obliger la municipalité à consulter les citoyens sur des enjeux ciblés. Ainsi, je crois qu’avec un certain nombre de citoyens qui en font la requête (en ville ça prend 10 têtes), tu peux forcer la main aux élus afin de ralentir les projets hâtifs en développement immobilier, par exemple. Par ce réferendum, tu peux demander (exiger) une consultation  publique transparente (c’est toi qui doit articuler les points à débattre dans ta demande). C’est une alternative à la pétition, qui peut aussi être un moyen pour faire entendre ta cause. Dans tous les cas, pour l’avoir vécu ici, un noyau organisationnel est indispensable avec un nom équivoque et rassembleur (mais je n’apprends rien à un pro des communications !) Un article dans le journal, un point de presse avec les médias de la région, sont de puissants outils qui ont un impact sur les élus car tout à coup ils voient (concrètement) que la population se mobilise et fait parler d’elle, ils sentent soudain qu’ils ne sont plus seuls au sommet à tout décider, qu’ils ont des comptes à rendre.  Je te propose de t’inspirer de ce qui se passe au Mont-Orford actuellement afin de trouver des sympatisants en dehors de Ste-Adèle, je me ferai un plaisir de faire circuler dans mon réseau de contacts toute information relativement à l’organisation de vos actions.  De même, plusieurs comités de citoyens se sont organisés à Montréal (strucuture légère, mobile, sans allégéance politique), sur le Plateau et dans Rosemont notamment. Le Québec c’est notre patrimoine à TOUS, il faut veiller à le préserver.»


Très positif tout ça, merci Mylène de Montréal

Accent Grave a dit...

"Le Québec c'est le patrimoine à tous."

J'irais plus loin en affirmant que lorsqu'une opposition intelligente se fait entendre quelque part, c'est la qualité de vie de l'ensemble des humains qui est gagnante. Lorsqu'une région, une province ou un état se sensiblise à son environnement (au sens large), cela influence ses voisins.

Nous ne sommes pas Adélois mais nous ne sommes pas non plus cantonnés dans nos propres villes et régions.

Par exemple, je ne vais rarement au Parc du Mont Orford mais j'appuie ceux qui se battent protéger l'intégralité des lieux.

Pour dire vrai, j'ignore l'impact réel de la construction de condos là-bas mais dans mon esprit, un parc national c'est sacré. Modifier le territoire d'un parc pour favoriser un projet économique me semble irréel.

On va jusqu'à dire que la montagne doit être rentable! On aura beau me répéter mille fois la chose, cela restera une absurdité.

Accent Grave

M.PITOU a dit...

Salut...

Je ne connaissais pas ton carnet.

C'est grâce à un commentaire que tu as laissé dans le carnet de Yvan Lemay que je l'aurai lu pour la première fois.

J'aime bien.

Je penses que tu n'auras pas d'objection à ce que je publie ce billet dans notre carnet collectif, Le refuge des libres penseurs...

Je vais attendre ta permission avant de le faire. Connais-tu notre carnet ?

Guy Vandal

André Bérard a dit...

Je viens de consulter votre blogue collectif qui est fort intéressant. Vous pouvez publier mon billet si vous jugez qu'il s'insère bien dans votre démarche. Si je ne m'abuse, les différents rédacteurs du refuge des libres penseurs sont eux aussi installés en région. J'aimerais bien lire vos commentaires sur le sujet de mon billet. Bienvenue dans ce blogue!

(Je crois que votre profil n'est pas activé, car quand on clique sur «M.Pitou», ça ne fonctionne pas)

André Bérard

Anonyme a dit...

Voilà, ton texte est publié. Avec mes commentaires...

Oui les auteurs de ce carnet habitent en région, sauf moi qui demeure à Montréal. Mais je suis né en Mauricie et je partirais de Montréal à la course si je le pouvais !

(Je crois que votre profil n'est pas activé, car quand on clique sur «M.Pitou», ça ne fonctionne pas)

Ouais... c'est parce que je ne sais pas comment franciser ce profil. J'aime mieux pas l'afficher, mais parfois j'oublie !

Guy Vandal

Carl a dit...

André, c'est une très bonne idée, Je t'offre mon souport et aide. C'est le temps d'agir - c'est dommage mais ce gang d'élus ne réprésentent pas les intérets du publique.