«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

12 avril 2006

Quand Michel fait Tremblay les souverainistes

À la suite de ses déclarations sur le projet souverainiste et du remous médiatique qui en a découlé, le dramaturge reproche à La Presse le libellé du titre « je ne crois plus à la souveraineté » qui chapeautait l’article. Selon M. Tremblay, rien dans ses propos ne permettait de tirer une telle conclusion. Ça vous étonne? Les médias se livrent une guerre de titres sans merci. Le titre fait vendre. Malheureusement, lorsqu’il devient trop racoleur, il fait aussi basculer la nouvelle du côté de l’anecdote et nous éloigne du véritable sujet.

Dans le cas qui nous occupe, M. Tremblay dit observer un glissement du projet souverainiste vers des considérations purement économiques. Ce qui est loin de signifier qu’il ne croit plus à la souveraineté. Il est vrai que l’aspect économique prend de plus en plus de place dans le discours des souverainistes, alors que fondamentalement, c’est un projet purement culturel. D'ailleurs, le discours économique est le seul langage par lequel les « nouvelles idées » s’expriment. C’est peut-être pour cette raison que les « grands projets » se frappent de plus en plus à l’indifférence de la population.

Cette tempête autour des déclarations de M.Tremblay et de Robert Lepage nous éloigne du message qui se trouve derrière les idées exprimées. Tremblay et Lepage sont devenus, en l’espace d’une déclaration, de méchants Québécois que l’on devrait boycotter. Les sorties virulentes de Claude Jasmin, Yves Beauchemin et Victor-Lévy Beaulieu, démontrent à quel point il sera difficile de mettre à jour le discours sur la souveraineté.

1 commentaire:

Accent Grave a dit...

L'incident Michel tremblay fut pitoyable, les propos de Bernard Landry surtout. Cette histoire est cousue de malentendus et j'en tire une leçon.

Lise Bissonnette, une femme que j'estime beaucoup, s'est dite heureuse de l'affaire. Elle espère que l'incident provoque de nouveaux débats, que la discussion reprenne.

Accent Grave