«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

06 juillet 2006

Le mystérieux baril en lieu sûr

Le 3 juillet dernier, j’avisais la municipalité de Sainte-Adèle de la présence d’un mystérieux baril échoué sur la rive de la Rivière-du-Nord (voir billet précédent). Le 4 juillet, monsieur Mongeau, directeur général à la ville de Sainte-Adèle m’annonçait par courriel que l’on procéderait à la récupération « sans risques de déversement afin de l'amener à l'Éco-centre pour vérification de son contenu et disposition selon les règles de la Loi sur la qualité de l'Environnement». Aujourd’hui, 6 juillet le baril est en lieu sûr et loin de la rivière.

Grâce aux efforts jumelés du Service des incendies et du Service de la Police de Sainte-Adèle et de l’aimable collaboration de monsieur Depatie, propriétaire des terres où passe le sentier, l’opération s’est rondement déroulée. Vers 10 h 30, j’ai guidé monsieur Yves Dupras, directeur du Service de prévention des incendies, le lieutenant Mike St-Louis, du même service ainsi que monsieur Yves Rivard, agent au Service de la Police, vers le lieu où se trouvait le baril. Cette reconnaissance avait pour but d’évaluer les aspects techniques de la récupération. Rappelons que grâce aux informations fournies par les lecteurs de ce carnet, nous avons pu établir que le baril présentait toutes les caractéristiques d’un contenant destiné à l’usage de produits dangereux. La récupération devait donc tenir compte des risques potentiels associés à la manipulation et au transport en milieu forestier d’un tel contenant.

Vers 14 h, notre équipe se dirigeait vers l’objectif avec tout l’équipement et le personnel nécessaire à la récupération sécuritaire du baril.


Le lieutenant St-Louis lors du briefe de l’équipe avant l’opération


Sur les lieux, l’équipe du Service des Incendies enfile l’équipement réglementaire (en premier plan, le lieutenant Mike St-Louis)


Les pompiers ont choisi d’utiliser ce qu’ils appellent la « cage » qui est en fait une civière de sauvetage. Le poids du baril, son contenu potentiellement dangereux et le sous-bois tapissé de racines et de roches moussues imposaient la prudence. La cage a permis aux pompiers de transporter de façon sécuritaire le lourd colis vers la remorque du VTT stationné dans le sentier.



Une fois le baril bien calé et solidement sanglé dans la remorque, il ne restait plus qu’à entreprendre la deuxième étape de l’opération : le transport vers l’entrée du sentier. Ce qui fut fait sans difficulté.

Le VTT et le baril ont été solidement fixés à la remorque du 4x4 du Service de la Police, pour être ensuite transportés en lieu sûr. Le Baril et son contenu seront pris en charge par une entreprise spécialisée dans le traitement des matières dangereuses. Une analyse du contenu sera effectuée afin d’en connaître la nature exacte. Je vous communiquerais les résultats de cette analyse dès que possible.

Je tiens à souligner l’excellent travail de toute l’équipe dans cette affaire ainsi que la rapidité avec laquelle la Ville a répondu à ma requête. Je remercie également les lecteurs de ce carnet qui m’ont communiqué des informations pertinentes qui ont contribué à l’heureuse conclusion de cette entreprise.

L’affaire du baril m’a également permis de rencontrer monsieur Depatie, propriétaire de la chênaie du mont Baldy et d’une partie des terres où depuis 15 ans je m’adonne à la randonnée. Grimpé derrière lui sur son VTT, j’ai eu droit à une visite guidée et à la petite histoire de son domaine forestier alors que nous nous dirigions vers le baril qui nous attendait quelques kilomètres plus loin sur le sentier. À intervalle régulier, l’homme stoppait sa monture pour me parler du diamètre d’un vieux frêne, d’un sentier qu’il a fait dégager, du ruisseau qui court le long du sentier. Monsieur Depatie incarne mon plus grand rêve : posséder des terres boisées et en prendre soin. Cet homme est riche, et je ne parle pas d’argent. À mes yeux, sa richesse est dans les arbres, les ruisseaux et les parties de montagnes qu’ils possèdent et qu’il met gracieusement à la disposition des Adélois.

Grâce aux efforts de tous, nous pouvons maintenant dire : mission accomplie!

12 commentaires:

Esperanza "ExLibrex" a dit...

Excellent travail et belle conclusion. Comme quoi, quand on décide de prendre ses responsabilités citoyennes, ça rapporte...

C'est aussi ça dont Henri parlait dans ses "Chroniques de petits pas".

Bien hâte de savoir ce qu'il contenait ce fameux baril...

André Bérard a dit...

Concernant le résultat des analyses du contenu du baril, je mets un homme là-dessus : moi! ;-)

AB

SM a dit...

Wow, quelle histoire! Moi aussi j'ai bien hâte de savoir ce qu'il contient.

C'est bien plus intéressant, instructif et même inspirant comme histoire que de savoir qu'il y a 14 personnes qui se sont "pété la fiole" en voiture au courant du week-end...

"La bonne conscience et le dévouement seraient en cause dans cette récupération" ;)

Bravo!

MSDSX a dit...

M. Bérard, Je crois que vous avez une énorme part du crédit relatif à cet "incident" encvironnemental.

Félicitations à vous.

signé: La gang de Maerix.

Henri a dit...

Bravo pour votre démarche. C'est ça s'impliquer dans son milieu.

Accent Grave a dit...

Bravo pour la démarche et aussi de nous avoir communiqué les détails.

La question qui me vient à l'esprit est la suivante: y aurait-il d'autres barils dans la rivière?

AG

South a dit...

Finalement, il contient quoi, ce fameux baril?
Merci.
Southbear

Pierrot a dit...

Merci! André et tous les employés de la ville et tous les citoyens impliqués.


Jean-Pierre St-Germain

André Bérard a dit...

@ South
Dès que les analyses visant à déterminer la nature du produit seront complétées, je vous communiquerais les résultats. Le baril est actuellement entreposé à l'Éco-centre de Sainte-Adèle pour expertise et élimination selon les normes du MDDEP (ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs).

@Accent grave

Votre question est très pertinente. Je me propose une petite randonnée exploratoire visant à m'assurer que le baril trouvé est le seul dans cette section de la rivière.

À suivre

AB

Anonyme a dit...

ben bravo a nos policiers , pompiers et a toi mon André.oupss faut pas oubliers les gars d'la ville ...encore bravo

Mais quel histoire de fou..qui peut bien faire une chose pareil

sa pas de bon sens

Comme le dit espereanza...j'ai hate d'avoir la conclusion du produit

Chiao la gang
Paul

Eric a dit...

Bravo pour votre action et la "belle" conclusion ! Felicitations egalement pour les photos !

ENB

André Bérard a dit...

Merci à tous pour les bons mots. C'est très apprécié

AB