«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

09 août 2006

Afghanistan: journée tragique pour l’armée canadienne

Un soldat est mort à la suite d’une décharge accidentelle de fusil. Six autres soldats ont été blessés lors d’un accident de la circulation. C’est la guerre, bordel! Cessez de nous rebattre les oreilles avec des bilans débilitants. Bientôt aux nouvelles : un soldat canadien se blesse à la tête alors qu’il se grattait cette dernière en se demandant ce qu’il faisait là. Une enquête sera ouverte afin de déterminer les causes exactes de l’accident. Ou encore : le soldat Untel se foule gravement le pouce alors qu’il tentait de se débarrasser des résidus de son curetage de nez.

De tels bilans relèvent du burlesque et sont inutiles. À la guerre, il y a des morts, point. Cette «nouvelle» nous laisse croire que les soldats canadiens sont tous de gros lourdauds qui se tirent dessus et qui ne savent pas conduire.

Les médias devraient se concentrer sur le fond et nous parler des enjeux de la guerre.

Photo : AP

4 commentaires:

Pierrot a dit...

Je suis d'accord avec vous. Pourquoi ne pas nous expliquer les causes de cette guerre, ses enjeux et surtout pourquoi nos soldats sont là. Je suis d'avis que le Canada doit faire sa part pour la paix mondiale mais je ne comprends pas exactement pourquoi nous sommes lâ. Quant au danger pour les soldats, quand tu rejoins les forces armées tu dois comprendre que ce n'es pas uniquement pour cirer des bottines et faire des parades!

Jean-Pierre St-Germain

Inkognitho a dit...

Je suis contre la guerre, pourtant les soldats canadiens ont tous mon estime. Je ne voudrais pas vivre le centième de ce qu'ils vivent présentement. Les atrocités de la guerre ça vous restent dans la tête pour toujours. Par contre, qu'est-ce que l'on fout là-bas? J'aimerais bien que quelqu'un m'explique. Ce que l'on apprend à la télé est le nombre de soldats tombés sous le feu de l'ennemi. On tait les suicides par respect j'imagine. Je ne connais rien de cette guerre, bien à l'abri et le ventre plein. Peut-être nous dit-on ce que l'on veut bien que l'on sache.

Henri a dit...

Entièrement d'accord avec vous. Dès que l'on accepte l'idée d'envoyer des soldats en Afghanistan, on doit accepter la possibilité qu'ils soient blessés ou tués. Les soldats sont les premiers à le faire, à l'accepter. Il faudrait peut-être que la population canadienne commence à les soutenir.

Et oui, les médias devraient faire une meilleure job en expliquant les causes. Mais ils préfèrent le divertissement. Moins forçant, plus rentable pour les cotes d'écoute. Quand même ! Faut pas trop leur en demander !

Anonyme a dit...

Je suis pour la guerre si sa aide d'autre personne et je serais pret a aller a la guerre si une guerre mondiale ou autres éclate