«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

11 octobre 2006

Lettre au maire de Sainte-Adèle

M. Cardinal

Je sais que vous visitez ce carnet quotidiennement, surtout depuis la publication dans le journal Accès de l’article présentant le point de vue des locataires du parc d’affaires La Rolland. J’en profite donc pour m’adresser à vous directement et vous parler d’homme à homme. Vous croyez que je m’acharne sur vous, que mes propos sont tendancieux, que je m’applique à vous nuire. Détrompez-vous, car il n’en est rien. Pourquoi le ferais-je? Je n’en retirerais aucun avantage. Vous n’êtes ni une cible ni une proie pour moi. Vous êtes cependant le maire d’une ville, et par là même, une figure publique. C’est cette personne et cette fonction que je vise dans mes billets et dans les articles rédigés pour le compte du journal Accès.

Si mes questions vous dérangent, c’est sans doute qu’elles sont pertinentes. Sachez qu’elles sont aussi celles des Adélois qui m’écrivent régulièrement et me demandent de vous transmettre leurs doléances, leurs commentaires, leur appréciation du travail de votre administration. Ce carnet ne fomente aucune campagne de salissage. Il ne pose que des questions légitimes concernant les différents dossiers menés par votre administration. Ces questions sont posées par vos électeurs. Ne les dédaignez pas sous prétexte qu’ils ont recours à ce carnet et à celui de M.Millette pour s’exprimer. Les carnets ne sont pas des sous-produits de l’information. Selon certains, ils représentent même un des derniers médias libres. Puisque vous les lisez, c’est que vous leur accordez vous aussi une certaine importance, et vous avez raison de le faire. Saviez-vous que certains maires possèdent leur propre carnet? L’aventure vous intéresse?

Auriez-vous à ce point perdu l’habitude de l’opposition que vous ne tolérez plus aucune remise en question? Allez, un débat n’a jamais fait de mal à personne. Pourquoi ne répondez-vous pas simplement aux questions qui vous sont posées? Pourquoi ne pas saisir les perches qui vous sont tendues?

Si vous avez un communiqué, une réaction, un commentaire, une mise au point à apporter, faites-moi parvenir votre texte. Je le publierai ici. Ce carnet et celui de M.Millette sont visités plus fréquemment et par un plus grand nombre de personnes que le site officiel de Sainte-Adèle. Les carnets sont des outils de communication que vous ne pourrez ignorer plus longtemps. Rappelez-vous l’histoire du baril de la Rivière du Nord qui grâce à ce carnet et aux efforts des différents services de la Ville, a connu une heureuse conclusion. Les carnets sont des voies de communication à deux sens. Ils vous permettent de tâter, en direct, le pouls de la population. Vous prétendez à la transparence. Voici une belle occasion de la mettre en pratique.

Je vous lance un défi : vous adresser directement à vos concitoyens en participant de la façon que vous choisirez à ce carnet.

11 commentaires:

Pierrot a dit...

Quand j'ai rencontré Monsieur Cardinal à l'expo au Chantecler, il m'a déclaré qui'il ne pouvait commenter l'affaire de la Rolland tant que le tribunal n'aura pas tranché la question du loyer en souffrance.
Il a aussi dit que lorsqu'il en fera connaître les détails la population comprendra et appréciera, selon lui, les efforts faits par la municipalité dans ce dossier.
Il a aussi déploré que le refus de payer le loyer ne fait que bloquer de l'argent qui appartient aux contribuables.
A suivre.

Jean-Pierre St-Germain

André Bérard a dit...

Dommage que le maire s'entête à expliquer les difficultés de gestion de son parc d'affaires par les loyers impayés. Après avoir amplement fouillé ce dossier, je peux vous affirmer qu'il n'en est rien sans me tromper. Une étude, confiée par le CLD à un consultant externe et financée avec les fonds publics, dresse un portrait tout autre. Certaines conclusions du consultant auraient pu figurer dans mon article tellement elles ressemblent aux miennes. Je parie que la Corporation de La Rolland ne publiera jamais les conclusions de cette étude. Du moins, pas avant d'en avoir fait une relecture et une « approbation ». Sachez qu'une partie de cette étude dresse un portrait de la situation dans le parc. Le consultant s'est livré au même exercice que moi et a rencontré les locataires. Les propos recueillis auprès de ces derniers sont pratiquement les mêmes que ceux qui ont été rapportés dans mon article.

Alors, on repassera avec le loyer impayé. Trouvez autre chose, M. Cardinal. Cessez de nous dire : vous verrez, vous comprendrez un jour quand vous saurez tout.
J'en sais déjà assez pour être convaincu que le loyer impayé n'est pas la principale source de vos problèmes.

Je profite de l'occasion pour vous annoncer que le journal Accès ne poursuivra pas dans ce dossier, du moins pour l'instant. Je respecte ce choix et les raisons qui l'ont motivé

À mon avis, tous les anonymes qui m'ont contacté et qui avaient des documents et des informations concernant cette affaire vont un jour poser des questions beaucoup plus acérées que les miennes.

Je sais que le maire a hérité de ce dossier délicat. Il n'en reste pas moins que c'est à lui d'en faire quelque chose et surtout, il se doit d'être transparent dans ses propos. S'il est persuadé que les difficultés du parc d'affaires sont imputables aux loyers non payés, qu'il le démontre! Pourquoi ne pas publier un communiqué pour expliquer la position de la Corporation ?

Ma théorie : pour ne pas attirer l'attention sur ce dossier.


Faites-moi mentir, M. Cardinal.

maerix a dit...

M. St-Germain,

Encore une fois M. Cardinal a menti, à vous et à la population.

Peut importe ce qu'il dit, le résultat est le même, c'est un échec lamentable.

M. Cardinal, vous savez très bien que l'argent du loyer qui dort n'ira pas au citoyen mais bien dans les coffres de SCIPARC à Montréal (oui, oui vous avez bien lu...mais qui sont-ils ???)

De plus, le résultat net de cette poursuite sera la faillite ou le départ de mon entreprise qui emploi beaucoup de vos citoyens qui dépense de l'argent dans nos commerces, qui se font bâtir des maisons, etc...

M. Cardinal avec votre entourage, vous êtes les seules responsables, Comme vous avez fait avec le projet de La Rolland, vous allez détruire des rêves, mettre au chomage des mères mono-parentale, des jeunes couples sans compter les répercussions sur leur famille.

Bien sur, il pourront se relocaliser au Tim au salaire minimum...

André, très bon billet sur M. Cardinal, trop doux envers lui mais bon... cependant je ne crois pas qu'il va te répondre. Çà fait depuis 2004 que nous tentons de discuter avec lui (avec son chapeau de Président de la Rolland...) pour mettre fin au litige.

Tu connais la suite.

À suivre...

Anonyme a dit...

Félicitations monsieur Bérard pour avoir sorti le squelette du placard. Cependant c'est vraiment dommage que votre article ne puisse avoir de suites.Plusieurs questions sont demeurées sans réponse au sujet de la Rolland et comme vous allez arrêter d'enquêter les citoyens seront laissés dans l'ignorance et le squelette rentrara au placard vraiment dommage. Merci de votre travail.

André Bérard a dit...

Rassurez-vous, malgré les apparences, le squelette n'est pas mort.

AB

Anonyme a dit...

C'est vraiment mal connaitre le dossier que de le résumer au non paiement du loyer d'un des locataires. Moi, si j'avais un de mes locataires qui ne me payait pas, j'irais le voir, je chercherais à le satisfaire, à trouver un terrain d'entente. Une négociation, quoi ? À ce que je sache, ça n'a pas négocier fort fort entre la corpo et Maerix. Arriver avec un argument qui dit «vous payez 100% ou rien», ce n'est pas de la négociation.

La vrai question est de savoir POURQUOI personne ne veux régler ça ? Pourquoi on laisse trainer cette histoire ? Pourquoi on magouille avec l'argent de contribuable ? Pourquoi c'est une compagnie de Montréal, qui a été embaucher pour frapper sur les entrepreneurs de Ste-Adèle... avec l'argent des adélois ? Entrepreuneurs qui font travailler les citoyens de la ville. Il faut connaître le mobile pour trouver le coupable !

Expliquez-nous M. le Maire. Abstenez vous de commenter le dossier Maerix (si ça vous fait si peur) et commentez le reste. Pourquoi personne n'est heureux d'être dans le parc Rolland ? Pouquoi tous veulent partir à la fin de leur baux ? Vous allez faire quoi avec le bâtiment ensuite ? Quel est le projet caché ?

Monsieur X
Payeur de taxes

A. Tremblay Mont-Rolland a dit...

Ouch, dans les dents de M. Cardinal.

M. Bérard votre journal Accès Laurentides ne peut pas rester de silence face à ce scandale.

Pouvons nous signer une pétition pour forcer l'administration publique de la ville à nous dire la vérité? Avez-vous le point de vue de la Chambre de commerce? Pouvons nous rencontrer Maerix pour avoir plus de détail?

je suis très interessé à m'impliquer dans ce dossier afin de faire la lumière.

Pierrot a dit...

Quand la municipalité dépense ou investi de l’argent, c’est mon argent.
Quand le gouvernement provincial subventionne un projet ou une entreprise, c’est avec mon argent.
Quand le gouvernement fédéral subventionne un projet ou une entreprise, c’est avec mon argent.
C’est donc mon argent qui a été investi dans « la Rolland » et c’est encore mon argent qui a servi à subventionner « Maerix » et plusieurs autres qui aujourd’hui font brandir le spectre de la fermeture. C’est pas vraiment nouveau et ça ne me fait pas peur! J’ai connu des fermetures beaucoup plus importantes. Ste-Adèle a survécu à la fermeture de Rolland et survivra certainement à la fermeture de Maerix si déplorable et pénible soit-elle.
Je ne crois pas que l’argent du loyer impayé ira dans les coffres de Sciparc, Cet argent est dû au parc d’affaires Rolland et par conséquent à la municipalité et à moi.
Je supplie le maire Cardinal et Maerix ainsi que les autres locataires et intervenants qui n’ont pas le courage de s’identifier de cesser de jouer à la maternelle et de s’asseoir, de bonne foi, pour régler leurs problèmes entre adultes et d’éviter de donner « mon argent » à des avocats et/ou des juristes qui en toute probabilité couperont la poire en deux de toute façon.
Refuser de payer son loyer n’est pas selon moi, une façon acceptable de se faire justice.
Refuser d’informer les contribuables en toute transparence et honnêteté n’est pas selon moi une façon acceptable d’administrer une ville.
Alors les enfants, mettez vos culottes et réglez-moi ça!

A « Bandit en cravate »
C’est facile d’accuser de façon anonyme le maire d’avoir acheté le silence du Journal des Pays d’en Haut, encore faudrait-il être capable de le prouver, ce que je doute que vous puissiez faire! Quant à fonder un comité de citoyens, allez-y, identifiez-vous et fondez-le.

Jean-Pierre St-Germain

maerix a dit...

M. St-Germain,

Effectivement vous avez raison de mentionner qu'il s'agit d'une partie de votre argent qui est en jeu dans le dossier de La Rolland.

Cependant, j'aimerais faire quelques petites nuances concernant les subventions que nous recevons. Premièrement il s'agit de crédit d'impôt sur les salaires admissible payés durant l'année fiscale de l'entreprise. Présentement, chez Maerix, 2 employés seulement ont droit à ces crédits...

Pour ce qui est de la "vrai" aide financière que nous avons reçu depuis le début de la part des organismes comme le CLD (M. Lalande et M. Cardinal), SADC, BDC etc. En aucun temps Maerix a failli à ses engagements.

Pour ce qui est de la fermeture de notre entreprise, je n'aime pas y penser mais sachez que c'est une possibilité quand je sais que la partie qui nous poursuit connais les états financiers de Maerix (via le CLD). Faire défendre nos droits devant la justice pour une PME comme la notre représente un énorme montant d'argent en frais d'avocat et de professionnelles de toute sorte. Facile pour eux de savoir si nous sommes touours solvable...

De leur coté, j'imagine de poursuivre une PME comme Maerix est très simple surtout lorsque l'argent impliqué ne nous appartient pas, que les avocats sont ceux de la Ville et proche de l'équipe de M. Cardinal. et que personne ne peut savoir vraiment à qui cette poursuite bénéficie...

Pour ce qui est de l'argent, vous vous trompez et j'ai la preuve qu'une très grande partie de cette argent prendra le chemin de Montréal... n'est-ce pas M. Cardinal...

En terminant, Maerix à toujours payés sont loyer, l'argent est disponible immédiatement, nous ne voulions pas cette situation et même M. Cardianl était d'accord avec nos revendications (tu t'en souviens Jean-Paul, notre rencontre en février 2004, tu nous as dit "2 semaines et c'est réglé...").

En passant demander donc à M. Cardinal comment il doit à Maerix depuis 2002 concernant les pieds carrés de loyer payés en trop et l'électricité chargé sur le compte de Maerix et utilisé pour les bureaux de la Rolland... beaucoup de beaux $$$.

Bien sur ça il ne vous en parle pas. Sachez que je suis de très bonne foi M. St-Germain et j'aime bien votre vision du problème cependant je vous invite à venir me voir, voir les documents, voir les preuves, etc... vous êtes le bienvenue!

Eric

Qu'on se le dise... en rose ! a dit...

Permettez que je ne mêle pas de mes affaires?

Moi ce qui me turlupine, c'est qu'on dépense l'argent du contribuable en frais d'avocats, alors que des adultes responsables devraient normalement être capables de s'entendre.

Il me semble que si le maire se préoccupait vraiment d'administrer le village comme un bon père de famille...

Bon c'est vrai que je ne possède pas le dossier comme certains intervenants ici, mais je trouve que les propos de M. St-Germain sont pertinents. ASSOYEZ-VOUS !!!

Ceci étant, M. le maire ne s'est pas encore manifesté. Pourtant cette lettre s'adresse à lui...

Il n'est pas gros votre village M. Cardinal. Avant il n'y avait pas les carnets où le simple citoyen pouvait vraiment s'exprimer. Maintenant, c'est différent. Vous n'aurez bientôt pas le choix de vous manifester car même si l'histoire ne sort pas dans vos journaux locaux, je suis persuadé que la majorité de vos concitoyens est maintenant au courant du "dossier", grâce au carnet de André et celui de Luc.

Vos concitoyens ne sont pas vos adversaires M. le maire. Ils sont des citoyens qui paient des taxes et qui ont le droit de poser des questions. Que vous ne répondiez pas est assez significatif.

Mais n'attendez pas de vous en sortir facilement. Ce serait mal connaître les carnets !

Guy Vandal

Bandit en cravate a dit...

Bravo pour votre chronique payé à même notre argent dans le journal M. le
Maire.

vivement un comité des citoyens ici

Cardinal n'est plus crédible et il doit remettre sa démission.