«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

30 novembre 2006

Poursuite Académie

Voici le contenu de la « version améliorée » de la première mise en demeure. En la lisant, je constate que la première était en fait un brouillon. Le nouveau document est rédigé dans un style plus «moelleux » et pointe enfin les fameux commentaires jugés litigieux par l’équipe Cardinal.





Je tiens à souligner au crayon gras la maladresse et les errances de M. Jean-Paul Cardinal et de son équipe dans cette affaire. J’ai, à de nombreuses reprises, invité le magistrat de la célèbre ville de Poursuites Académie à s’exprimer dans ce carnet et à nous guider vers une meilleure compréhension des dossiers abordés lorsqu’il le jugeait nécessaire. Jamais il ne l’a fait. Pas un coup de fil, pas une lettre, rien! Il a systématiquement ignoré toutes mes invitations et s’est cantonné dans le mutisme le plus complet, jugeant sans doute que cette tribune n’était pas valable.

La deuxième livraison de la mise en demeure est plus précise et affirme que ce ne sont pas mes propos qui sont ciblés, mais bien ceux de mes lecteurs, surtout des Adellois. M. Cardinal, si vous m’aviez simplement appelé, j’aurais prêté l’oreille à vos demandes. Vous n’en seriez pas à distribuer des lettres dans la blogosphère afin de limiter les dégâts. Vous dites ne pas vouloir me bâillonner. Soit. Alors, pourquoi avoir produit cette première mise en demeure brouillonne si ce n’est que vous souhaitiez ainsi créer un « impact » sur mon carnet où s’expriment vos citoyens? Je ne confonds nullement l’objectif de votre demande. Elle était simplement mal formulée, bâclée et avait inutilement pris la forme d’un document légal coûteux.

Laissez-moi vous donner un exemple simple : si, selon moi, j’ai quelque chose à reprocher à mon voisin, la logique me dicte d’aller, d’une manière civilisée — et gratuite —, frapper à sa porte et d’en discuter avec lui. Si après quelques essais rien ne change, il est alors justifié que j’utilise des moyens légaux pour régler le litige. Vous avez fait exactement l’inverse de ce que la logique la plus élémentaire prescrit dans ce genre de situation.

Aujourd’hui, votre photo circule dans la blogosphère, partout au Québec et même en France. Vous êtes le seul artisan de ce qui vous arrive en ce moment. Vous faites circuler une lettre chez tous les blogueurs qui ont été outrés par votre démarche et qui en ont parlé dans leurs propres blogues. Ce qui me désole et ce que je considère comme inacceptable, c’est que la facture de cette improvisation sera refilée aux contribuables. Vous auriez dû vous expliquer ici, simplement, par communiqué ou dans les commentaires. Ainsi, nous ne serions pas plongés dans cette situation qui flirte avec le burlesque.

Allez-vous embaucher un censeur à temps plein afin qu’il écume les carnets de la blogosphère à la recherche de commentaires « hautement diffamatoires et d’attaque en règle » contre votre administration?

Concernant la nouvelle mise en demeure, je m’accorde un temps de réflexion raisonnable pour y réfléchir et consulter à mon tour des juristes. Si je décide de retirer les commentaires visés, sachez, chers lecteurs, que ce ne sera pas ma décision. Je n’ai pas les moyens financiers du maire, c'est-à-dire notre argent à tous, pour me battre à arme égale avec lui. Ceux qui crieront à la censure n’auront qu’à écrire à leur maire pour s’en plaindre.

20 commentaires:

Anonyme a dit...

Moi je dit que ce n'est pas de sa faute...

C'est pas donné à tout le monde de savoir utiliser un ordinateur ;)

je dit femme ou je diffame, tout est une question de point de vue.

Christian

Anonyme a dit...

Après une discussion entre voisin hier soir , ont se demandait les coûts relier a tout ceci , y a t'il une façon de le savoir ?

André Bérard a dit...

Vous pouvez demander directement aux élus, ou recourir à la loi d'accès à l'information.

Anonyme a dit...

ca doit tourner autour de 200-300$ chaque mise en demeure a mon avis. Plus l'étude du dossier, plus la rédation de la lettre du maire, plus le temps de travaille passer par les élus a naviguer sur le NET pour repérer chaque message douteux ou chaque blogue ou cette saga est citée. A mon avis, ca coute tres cher, un peu le même prix que le trottoire que tu aurais pus avoir en face de chez toi si tout ca n'était pas arrivé :)

Maurice a dit...

Je peut payer pour la premiere mise-en-demeure avec l'augmenation dans mes taxes foncière (15%) cette année.
Probabalement que je l'aurai tout payé en 10 à 20 ans.

Anonyme a dit...

@ André

Merci pour l'info , j'ai trouver sur internet les directives concernant la lois a l'accès a l'information .

Je tient au courant
Après ont veut juste savoir de quel façons notre argent est dépenser

Anonyme a dit...

Correction désolé

@ André

Merci pour l'info , j'ai trouver sur internet les directives concernant la lois a l'accès a l'information .

Je te tient au courant
Après tout ont veut juste savoir de quel façons notre argent est dépenser

5:28 PM

Dre Papillon a dit...

André, je voulais juste te signifier directement mon soutien.

J'espère que tu n'auras pas à retirer une virgule de ton blog. Mais évidemment, il faut se plier aux décisions juridiquement raisonnables...

Anonyme a dit...

Me semble qui doit bien avoir des dossier plus important que ça à l'hotel de ville...

Cardinal tu devrais gérer ton hotel au lieu de déblatérer avec des avocats qui ont juste le signe de $ en tête.

Viva la revolutionne

S.Martel a dit...

Finalement ce qu'ils disent c'est "on vous a passé sur le corp avec un bulldozer, mais faut pas le prendre mal, on voulait simplement vous klaxonner".

Ridicule comme attitude.
(Est-ce que j'ai le droit d'écrire ça?!)

Omo-Erectus a dit...

Je crois rêver.

Me Côté écrit: "L'objectif de notre démarche est ainsi de vous sensibiliser aux conséquences légales..."

Depuis quand une administration publique retient-elle les services d'une firme d'avocats pour sensibiliser des citoyens? Il n'est pas du rôle des avocats de faire des campagnes de sensibilisation. Pas plus que les deniers publics ne devrait être affectés à de telles pratiques.

Restons lucides.

La première lettre constituait une mise en demeure formelle pour des gestes innomés, vagues et imprécis, avec un rappel à d'éventuelles recours légaux. Elle était tout sauf une campagne de sensibilisation.

La deuxième lettre, qui n'est déjà plus une mise en demeure, réfère à 4 propos spécifiques et insignifiants, mais se dit être une démarche de sensibilisation aux conséquences légales (...).

Avouons qu'il aurait été logique que le propos de la 2ème lettre vous ait été communiqué AVANT celui de la 1ère.

Il est aussi étonnant de constater à quel point la deuxième lettre, tant dans son ton que dans sa forme, contredit la première.

Personnellement, j'y vois là, de la part des avocats et de leurs clients, une malheureuse tentative de réparer les pots cassés.

Avouons qu'il ne doit pas être confortable de se voir précipité, du jour au lendemain, dans le rôle du censeur aux longs ciseaux à travers la blogosphère du Québec, avec échos dans la francophonie.

Même devant l'évidence, les politiciens (pas plus que les avocats en général d'ailleurs) ne s'excusent jamais. Ils tempèrent.

Soyons bons joueurs et remercions la firme d'avocats et ses clients pour les tempéraments (lire: excuses) apportés dans la 2ème lettre.

Il reste maintenant aux citoyens de Ste-Adèle le droit de connaître combien une chose (1ère lettre) et son contraire (2ème lettre) auront coûté.

Morin a dit...

Commentaire de mearix sur le blog photosmax

"Je ne crois pas que M. Cardinal va pouvoir "régler" la situation à titre de Président de ce fiasco car il n'est désormais plus sur le Conseil d'Administration de la Corporation. Oui tu as bien lu."

Démission ?, congédiement ?, maladie ?, le timing est drôlement louche.

http://photosmax.blogs.com/photosmax/2006/11/larbre_qui_cach.html

André Bérard a dit...

@ Omo Erectus

Commentaires lumineux !

Quand je pense à cette affaire, un mot me vient à l'esprit : cafouillage! À mon humble avis, l'équipe de M. Cardinal devrait cesser immédiatement toute manœuvre, car elle s'enfonce un peu plus à chacune des actions qu'elle pose.

Je trouve votre analyse de la situation très juste.

Merci de partager votre point de vue

Anonyme a dit...

Je crois que après cette periode de "divertissement", il faudra revenir au fond du problème Rolland.

Il ne faut pas perdre de vue que ce projet est un investissement économique capital pour Ste-Adèle et la région!

Pour une fois on investit ailleurs que dans l'industrie touristique qui n'apporte que des salaires de misère!

Alors il faut, à mon avis, que ce projet fonctionne et je crois bien que c'est encore possible si on pousse les "responsables" à réagir.

Ne somme nous pas à l'ère de l'imputabilité!

Avec le laissé-aller actuel, il est impossible de ne pas croire à un agenda caché.

C'est inacceptable et l'inacceptable ne s'accepte pas!

Anonyme a dit...

Toujours pas de commentaire de notre maire???

Rien rien rien..cela me dépasse.

Vivement les prochaine élections.

Anonyme a dit...

Je crois que M.Millette, viens de faire une déclaration sur son blogue. Un genre de appel au calme. On peut lire entre les lignes qu'il invite M.Bérard, et M.Cardinal a discuter en terrain neutre. Intéressant, est-ce que M.Bérard serait d'accord?

Maurice a dit...

Pour répondre à Luc Millette (vu qu'il ne permet pas à commenter sur son blog), je dirais que OUI ce controverse est une bonne chose pour notre village! Une très bonne chose, non juste pour nous, mais pour la libre parole au Canada et à travers le monde.

En ce qui nous concerne, j'éspère que notre maire à maintenant plus de respect pour la libre parole et la volonté des citoyens.

Et pour les gens qui aiment les montagnes, les lacs, et le paysage de notre région - on doit changer de vision (ex. arreter le dévéloppement) si on veut les proteger. Si ce controverse nous aide à mieux orienter les élus avec nos attentes, c'est une très bonne chose!

Anita a dit...

Maurice, je te seconde ! Je suis d'accord que le maire devrait réaliser que les citoyens ont des volontés ... et des droits.

On a le droit de ne pas vouloir que notre administration gaspille l'argent des contribuables pour rien (mises en demeures ou "avertissements" si vous voulez)et on a le droit de donner notre opinion comme bon nous semble.

Je crois en la loi du retour et je crois aussi que celle-ci fera surface aux prochaines élections. J'aime aussi cette ville, mais de voir notre administration agir ainsi me désole et me fait honte.

La mairesse Boucher (exemple) a su s'élever au dessus de tous les commentaires négatifs à son sujet, elle.

Imaginez si elle avait envoyé une mise en demeure aux journaux qui commentaient son choix vestimentaire ?

Anonyme a dit...

Je suis étonné du commentaire de Luc Millette sur son blogue, même si je comprend son allure pacificateur.

Mais il demeure que le scandale de la Rolland en est un de nature publique.

André n'a été que le messager qui a apporté la nouvelle et de prendre une bière froide avec lui ne change pas la nature de la nouvelle.

Et surtout le BESOIN D'ÉCLAICIR la situation publiquement.

C'est un droit fondamental pour les payeurs de taxes...

Et c'est reconnaitre que les élus sont redevables de leurs décisions PUBLIQUEMENT.

Anonyme a dit...

Si vous voulez mon avis concernant L.Millette . Ce qu'il a écrit aujourd hui est tres correct , il a écrit tout simplement pour que les choses s'arrete et se regle.Même si je ne le connait absolument pas ont peut voir que c'est un genre de type pacifique.

Et il a le droit ce faire qu'il veut avec son blogue tout comme André et les autres , c'est ca la liberté d'expression et c'est qu'il fait actuellement.Il s'exprime et ont doit respecter ca. Point final.

Pour le reste . Monsieur le Maire vous avez le droit aussi de vous exprimer sur ce blogue. Car nous attendons toujours.


Cordialement
P.