«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

12 décembre 2006

Les anonymes

La saga des mises en demeure qui a secoué ce carnet et celui de M. Millette, est le résultat de certains commentaires laissés par des anonymes. Cette affaire a relancé le débat entourant la responsabilité des auteurs de carnets vis-à-vis des commentaires exprimés par leurs lecteurs. Sujet délicat qui soulève beaucoup de questions et surtout beaucoup de passion. La majorité des blogues auxquels je participe n’autorisent pas les commentaires anonymes. Est-ce que l’obligation de décliner son identité pour participer à un carnet devrait être une norme dans la blogosphère?

Plusieurs commentaires anonymes sont d’une grande qualité et enrichissent le sujet des billets. Malheureusement, ceux que je me plais à nommer les cybervandales, nuisent carrément à ce merveilleux média qu’est le blogue. Éric-Olivier Dallard, rédacteur en chef du journal Accès, soulignait récemment : «Voyez le problème: à force que soient publiées spontanément chacune des réactions (souvent en chaîne) que provoquent les propos de M. Bérard – sans discrimination – et si chacun peut intervenir, écrire et donner de l’ampleur à la moindre rumeur, tout cela ne finit-il pas par déconsidérer l’ensemble du travail (formidable) accompli par ce blogue? »

Les participants qui se réclament du droit à l’anonymat pour s’exprimer semblent vouloir de surcroît bénéficier d’une immunité les exemptant de toute responsabilité quant à leurs propos. Le « travail formidable » auquel fait allusion M. Dallard s’applique à quantité de carnets. Les dérapages de certains anonymes ont poussé M. Millette à mettre en berne un carnet qu’il tient depuis plusieurs années. Ces mêmes anonymes lui reprochent aujourd’hui son choix et réclament la réouverture des commentaires dans son carnet. Sans doute pour reprendre là où ils avaient laissé avant le SLAPP dont nous avons été les cibles. Pour ma part, je respecte les commentaires anonymes qui observent un certain code d’éthique de base: respects envers les participants du carnet, propos relié au sujet qui anime un débat, etc. Pour ce qui est des autres, je vous laisse deviner.

Qu’en pensez-vous, auteurs de carnets, lecteurs et participants?

12 commentaires:

Anonyme a dit...

oue ta ben raisan mon pot

Guy Vandal a dit...

Moi je ne me pose pas de question longtemps quand ces poules mouillés "débarquent" dans mon carnet.

J'adore la fonction "Supprimer définitivement ce commentaire".

alainsteadele a dit...

Je commence a me demander si vous n'aviez pas raison de bloquer les anonymes.Les commentaires de certains sont vraiement de la Me...
Il faudrais peut-être un jour mettre une injonction pour trouver l'IP de ces provocateurs.
Légalement c'est possible .
C'est ce que le maire aurait dû faire plutôt que de s'en prendre aux mauvaises personnes.
En attendantje vous conseil de ne pas hesiter a effacer ces messages qui n'ont aucune signification.
Soyez assuré que ce ne sera pas de censure.
alain

Anonyme a dit...

Je préfèrerais nettement que les «anonymes» inscrivent leurs pseudonymes, voire même leurs prénoms.

Mais bon, tant que nous pourrons toujours modérer les commentaires, il n'y a pas lieu de s'affoler. Nous pourrons toujours les supprimer.

Luc a dit...

En tant que blogueur, je trouve la problématique complexe. Prendre la responsabilité des commentaires sur un blogue, c'est un peu comme si le propriétaire du café de la place était responsable de tout les propos qui se disent dans son resto le matin. Que les commentaires soient anonymes ou non ne change pas grand chose sur internet, où il est si facile de se créer une identité. Moi je ne suis pas dans mon blogue à plein temps, comment puis-je donc m'assurer qu'il n'y a pas de commentaires difamatoires de temps en temps?
En réalité, ce n'est pas à nous que reviens la responsabilité de censurer les commentaires, c'est aux personalités publiques de comprendre les limites des carnetiers.

Henri a dit...

Pour ma part, j'essaie d'y aller simplement : si le commentaire dépasse les bornes, je le flushe, anonyme ou pas. Et comme lecteur, je revendique le droit de laisser un commentaire intelligent et anonyme. Parfois, la situation l'exige.

alainsteadele a dit...

Je soupçonne qu'il n'y est qu'une ou deux personnes derriere ces commentaires stupides et je crois que nous serions très surpris de connaitre l'identité de celles ci.
Quand on parle de vie municipale,politique ou religieuse, il y a toujours un risque de dérapage.Il y a juste qu'a regarder les echanges de la classe politique.Ce n'est pas toujours beau a voir.Et poutant tous ces politiciens ne sont pas des anonymes.
Je suis pas mal de blogg et je peux vous dire que lorsque l'on n'y parle que de la vie de tous les jours, ces propos n'existent pas.
Je suis tout a fait d'accord avec Henry
Alain

Anonyme a dit...

Franchement, je lis les comentaires et certains d'entres-vous ne sont ni plus ni moins que des despotes de votre blogue "moi les anonymes je les suppriment" , ben voyons et ou est le droit à l'anonymat? Si tu n'est pas capable d'avoir des commentaires d'anonymes, tu devrais peut-être toi même écrire tes comentaires et signé ton nom.

Moi je m'inscris pas au blogue car je crois fondamentalement que je n'ai calissement pas d'affaire a divulguer mes infos personelle pour passer un commentaire, que, généralement , je signe quand même de mon vrai nom au bas.

certes certains sont vulgaires mais si tu t'embarques dans la publication publique, tu dois t'attendre à avoir de la merde de tant en temps.

Pour ce qui est des injonctions pour avoir les adresses I.P,,,merde n'as-tu rien lu des autre billets de ce carnet? Si ce n'est pas de la censure c'est quoi à ton avis? As-tu une autre définition de la censure?

Christian B

Guy Vandal a dit...

Monsieur B.,

En ce qui me concerne, mes commentaires ne s'adressent qu'à ceux qui écrivent n'importe quoi... sous le couvert de l'anonymat totale.

Vous au moins, vous ajouter Christian B. à la fin de votre message. Si vous avez bien lu ce carnet et les commentaires, vous devriez savoir que c'est vrai, certains écrivent ici, n'importe quoi.

C'est eux que je vise quand j'écris que j'adore la fonction "Supprimer définitivement ce commentaire".

Je ne vois pas pourquoi vous vous sentez visé...

Avoir de la merde de temps en temps, c'est normal. L'essuyer aussi !

Anonyme a dit...

Il n'y a pas d'anonymes dans les sections 'libres opinions' de tous les journeaux du monde... Est-ce de la censure?

En quoi un blogue est-il si différent? N'a-t-il pas pour objectif de permmettre l'expression de l'opinion citoyenne!

Malgré tout, je crois que les anonymes ont leur place et ce pour des raisons que nous n'avons pas à juger.

Si censure il y a, celle-ci devrait être sur la pertinence du commentaire ou l'apport de celui-ci au sujet.

Histoire d'élever les débats! Tous les animateurs font ça à un moment donné et ça évite les pollueurs.

JRP

Anonyme a dit...

Je suis totalement d'accord d'enlever les commentaires d'épais qui ne disent qu'insulte et grossièreté, mais encore là, si le fond du texte a de l'alure et émet une opinion intelligente, ca devrait rester.

Moi je met des sacres et c'est volontaire pour montrer quand ca me fait suer, faute de meilleur vocabulaire, je l'avoue.

mais je le répète encore, je n'ai aucune intention de m'inscrire a quelconque blogue, mon courriel est à moi et mon adresse I.P. également.

Et pire je pourrais utiliser un des mutliples webproxy pour masquer mon adresse I.P. et jamais on me retourverait.

Anonyme a dit...

oups j'ai oublié de signer mon nom sur l'article ci-haut

Christian B