«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

13 décembre 2006

Affaire Lupien: les réactions

Le conflit opposant M.Lupien et la Ville de Sainte-Adèle suscite énormément de réactions dans notre petite ville. J’ai reçu beaucoup de courriels concernant cette affaire, dont celui de Mme Louise Lemyre de Sainte-Adèle qui me demande de publier son commentaire dans Blogue-Notes. Dans sa missive, Mme Lemyre se dit outrée du traitement que l’on a fait de l’affaire Lupien

Bonjour,

J’adore L’Accès autant pour ses articles de fond que son historique de journal indépendant. J’ai été très surprise de l’article manchette de la semaine passée sur Le Cirque juridique de la Ville de Sainte-Adèle et M. Lupien; j’aimerais y réagir et voir ma lettre publiée au Courrier du lecteur.


Cirque ou Corrida? Accès ou Excès?

J’ai été surprise du récent article s’apitoyant sur le triste sort d’un pôvre M.Lupien persécuté par la Ville, semblait-il. Où était l’enquête journalistique? Pourquoi n’y avait-il pas un petit rappel de la pétition de 3,654 citoyen-nes demandant de ne pas défigurer la vue de la Croix? D’une assemblée de citoyens suggérant de respecter l’esprit du PIIA et de baisser le toît? Pourquoi n’a-t-on pas parlé de la maison dans le contexte de la Charte des paysages des Laurentides et de la protection des sommets? Pourquoi n’a-t-on pas rappelé que la maison a gagné haut la main le Prix d’Horreur architecturale des Laurentides toute catégorie dans les propres pages de l’Accès? Pourquoi n’y avait-il pas une petite mise en contexte et rétrospective de la saga judiciaire pour le bénéfice de Baptiste le contribuable? Une recherche de permis pour des arbres disparus et un sommet dénudé?

Je me suis demandée si mon Journal Accès dont j’avais été si fière pour ses articles de fond ainsi que son historique de journal indépendant, ne s’était pas laissé séduire par le chant d’une sirène en représailles contre une Ville qui venait de baillonner des chroniqueurs locaux? Certes, je ne pense pas que des mises-en-demeure soient la facon optimale de tisser une société et de régler des différends; je ne pense pas non plus que laisser libre cours et diffuser des propos méprisants ou anonymes sur un medium public bâtisse une démocratie; et je crois encore moins que venger l’agneau en donnant le loup au lion avance la moral de cette histoire.

M. Lupien ne me semble pas avoir l’âme d’une victime, s’il voulait être l’ami des Adélois-es et devenir un héros, M.Lupien aurait les moyens de devenir l’’homme qui plantait des arbres’ : qu’il reboise le sommet, qu’il fasse un don à la Société de protection foncière de Sainte-Adèle pour protéger ce paysage qu’il chérit tant du haut de son sommet, qu’il crée le Boisé Lupien à la mémoire de son père maire, qu’il laisse les fonds de la Ville aller vers des parcs pour enfants, vers une piscine Norbert-Morin, vers des pistes de ski de fond balisées, vers la protection du Lac. Il peut être magnanime et généreux, on pourrait avoir pour lui d’autres sommets que ceux des montagnes…

Il n’y a pas de cirque à Sainte-Adèle, mais on y trouve parfois de tristes bêtes victimes d’excès ou d’Accès.

Louise Lemyre, Sainte-Adèle


Permettez-moi ces quelques commentaires.

Je travaille régulièrement avec M. Dallard. J’ai rarement rencontré un être aussi soucieux de l’impact que peuvent avoir ses écrits sur les personnes. M. Dallard est diamétralement à l’opposé du jaunisme. Votre habile jeu de mots de la fin est simplement… habile, et à mon avis, vous pêchez vous-même par excès, dans un Accès d’enthousiasme.

Accès n’est pas Votre journal. C’est le journal de tout le monde. Que vous n’aimiez pas le traitement qu’il a fait de l’affaire Lupien est une chose. Remettre en question la qualité du travail effectué par l’équipe d’Accès en est une autre.

M. Lupien ne fait pas l’unanimité à Sainte-Adèle. Je crois qu’il en est lui-même conscient. Votre commentaire me rappelle combien nous, les Québécois, avons un rapport trouble avec la réussite. M. Lupien devrait faire ceci, il aurait dû faire cela, évidemment, puisqu’il est riche. Ben voyons, c’est quoi le rapport? L’article ne portait pas sur les obligations des riches envers leurs concitoyens. À mon avis, vous faites un procès d’intention à Accès et à M. Lupien. Une pierre deux coups. Vous semblez vous positionner en tant qu’observatrice des événements. Je crois que les observateurs devraient à l’occasion prendre part à l’action. Ils feraient une lecture moins académique des événements.

Je respecte votre point de vue, mais je ne le partage pas. J’invite M. Lupien, Mme Lemyre et les lecteurs à prendre part à cet échange qui s’annonce des plus intéressant.

6 commentaires:

Anita a dit...

André,

J'ai tout juste le temps de lire le commentaire de Madame et de lire ta réponse.

Je prends toutefois quelques minutes pour te dire que je suis entièrement d'accord avec ton avant dernier paragraphe.

Je veux également te remercier aussi pour ton travai et pour toutes les réactions intéressantes que tes articles suscitent !

Anonyme a dit...

Madame Lemyre n'a certainement pas une formation de journaliste et c'est exprimée en tant que simple citoyenne qui en a gros sur le coeur, comme plusieurs a Ste-Adèle je crois.

Sans être d'accord avec elle sur ses conclusions, je crois aussi que Accès aurait du présenter une plus grande perpective.

Et de rappeler la saga de la construction de ce 'manoir' aide beaucoup à comprendre mieux cette situation.

M.Lupien suggère de déplacer la croix et de la placer sur un socle de 30 pieds. Ceci pour la rendre visible à tous.

Mais avant la construction elle était déjà visible à tous!

Le fait que la construction n'ait pas respectée le PIIA suggéré cause maintenant ce problème de déplacement et de reboisement!

Faut quand même le faire!

JRP

Carl a dit...

Je suis daccord avec les sentiments de Madame Lemyre, et je suis carrément opposé à tout suggestion de déplacer la croix.

M. Lupien construit un maison qui est 50% plus gros que prévu et procède en suite à couper des arbres sans avoir le droit - et tout cela sans conséquences pour lui? Pourquoi qu'on ne lui oblige pas de recommencer? Et en plus il a l'audacité de suggérer le déplacement de la croix?

La solution M. le maire:
- Lui demander de rendre son maison conforme aux normes.
- Lui demander de rendre le voi de passage sanctionné passable (c'est probabalement son responsablité).
- Lui informer que ce n'est pas son croix, et qu'il aurait peut être dû construire sa maison ailleurs si'il ne l'aime pas!

Raoul a dit...

Mr Bérard, je ne suis vraiment pas d'accord avec votre article. Au contraire, Mme Lemyre ne fait pas que ne pas aimer l'article: elle argumente, avec des faits.

Elle ne fait que réclamer une mise en contexte du dossier. Il semble y avoir un historique important en arrière de ca. Une pétition de plus de 3000 noms.
Dans un dossier problématique, tout bon journaliste se doit de faire une bonne remise en contexte.

Ses propos et ses intentions sont clairs et bien argumentés.

C'est vous qui lui fait un procès d'intention. Et un beau, à part ça!

André Bérard a dit...

@ Raoul

Je comprends votre point de vue. Je suis même en accord avec beaucoup de points soulevés pas Mme Lemyre. Seulement, je considère que nous devons faire preuve de discernement et ne pas confondre deux dossiers. C'est trop facile! Le juge a lui-même souligné, le gaspillage de fonds publics dans cette affaire. Ça n'a rien à voir avec la hauteur de la maison de M. Lupien. J'aime bien la mise en contexte de Mme Lemyre. Nous devrions même y revenir un de ces quatre. Je suis prêt à publier tous les commentaires de cette personne.

Merci de partager de manière intelligente votre opinion.

Anonyme a dit...

on avait la sainte paix avant que ce riche déboiseur ne vienne s'installer pres de notre cher symbole. - Pourquoi nous privé anisi. - Il aurait du rester sur Des chanterelles au lieu de venir nous enmerder avec son fric