«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

08 décembre 2006

Sainte-Adèle le Cirque?

C’est la manchette du journal Accès du 8 décembre 2006.

Une autre saga juridique opposant l’administration municipale à un citoyen, secoue notre petite ville. Décidemment, Avocats, huissiers et boîtes de relations publiques doivent jubiler devant cette manne qui tombe du ciel, alors que les ponctions dans les fonds publics s’accélèrent à un rythme inquiétant. Cette fois, il s’agit d’un conflit gravitant autour d’un droit de passage sur le terrain de M. Lupien, propriétaire du fameux « manoir » qui, à plusieurs reprises, a fait la manchette dans ce carnet et dans celui de M. Millette. Précisons pour les lecteurs qui ne sont pas de la région que la fameuse croix de Sainte-Adèle, celle que l’on voit à des kilomètres à la ronde, s’érige sur le terrain de M. Lupien. Or, la Ville détient un droit de passage lui donnant accès à la croix afin de procéder à des entretiens, entre autres, le remplacement des ampoules qui illuminent la structure métallique. Le passage semble impraticable. Afin d’accommoder les employés de la municipalité, monsieur Lupien les autorisait à passer sur son terrain pour leur donner accès à la croix. « Ils venaient sans avertir, se présentaient n’importe comment… je ne savais même plus qui passait sur mon terrain! » Fatigué de cette situation, le propriétaire à exiger de recevoir un avis de 48 heures avant chaque visite prévue par la municipalité. M. Lupien soutient qu’on lui a répondu : « nous avons tous les droits et tous les pouvoirs. Nous n’avons pas à vous livrer de préavis. »

Le maire Cardinal qualifie lui-même cette situation de « cirque ». Quant à M. Lupien, il affirme qu’il s’agit de mauvaise administration et souhaite que « cette administration soit mise en tutelle, c’est ce qui pourrait advenir de mieux à la population de Sainte-Adèle. » Ce à quoi M. André Mongeau, directeur général de la Ville réplique : « Monsieur Lupien souhaite mettre dehors les gens de la municipalité? Les vacances arriveront plus vite! » N’est-ce pas là le commentaire d’une administration à bout de souffle? La question se pose.

Cirque? Burlesque? Le conflit semble en effet s’enliser dans des procédures coûteuses, créant une autre fuite dans les finances publiques de la Ville. Encore une fois, c’est la firme Octane-Stratégie qui gère la crise et qui représente la Ville auprès des médias. N’oublions pas que Sainte-Adèle compte à peine 10 000 habitants. Ça commence à faire beaucoup de frais de justice pour une si petite agglomération. Que se passe-t-il dans notre village? Avons-nous les moyens de nous payer une administration qui semble abonnée aux avocats et aux huissiers? Rappelons-nous le dossier de La Rolland, où là aussi, les avocats de la Ville semblent faire bombance. Était-ce vraiment nécessaire de poursuite une entreprise du parc? Y aurait-il eu d’autres voies permettant de régler le contentieux? Nous sommes en droit de nous interroger, à la lumière des derniers événements opposants la municipalité et ses citoyens. Nos élus font-ils de la politique ou du droit?

M. Cardinal se dit attristé des proportions que prend le dossier avec M. Lupien: « J’aimerais pouvoir mettre toutes ces énergies sur des choses plus constructives pour Sainte-Adèle. »

Un dossier à suivre

Source: journal Accès, ed. 8 décembre 2006, pages 8-9

7 commentaires:

Omo-Erectus a dit...

M. Cardinal se dit attristé des proportions que prend le dossier avec M. Lupien ? Merde à la fin!!

Les proportions que prennent des dossiers simples sont bien celles qu'on veut bien leur donner!

À 10 000 habitants, on est quasiment en famille. Tu prends ton char, tu vas voir Lupien et tu désamorces. Y'a 1 mois, tu prends ton cellulaire, t'appelle Bérard ou Millette, pis tu désamorces.

C'est quoi cette statégie de confrontation? De mise en demeure? De communication ex cathedra?

En psychologie, y'a un terme pour ce genre d'attitude. Allez, je vous laisse le trouver! Bonne chance!

Carl a dit...

Un droit de passage pré-établi ne peut être retiré. Point.

Il me semble que JPC devrait demander à Lupien de de démolir son chateau lorsqu'il n'est pas en conformité avec les plans approuvés (ex. grandeur proportionnelle). Cela est dans l'interet de tous les Adèlois(es).

André Bérard a dit...

@ Carl

Le manoir Lupien n'est pas conforme au plan approuvé? Si c'est le cas, il peut tout de même respecter les normes, même si le plan diffère de celui qui a été approuvé.

Si M. Lupien lit ce carnet (je crois que c'est le cas), je l'invite à communiquer avec moi par courriel.

Accent Grave a dit...

Difficile à suivre...

Les employés de la municipalité empruntent-ils l'espace prévu par le droit de passage ou circulent-ils sur le terrain de ce Lupien?

S'ils débordent sur le terrain privé de monsieur Lupien, c'est une chose mais s'ils utilisent leur droit de passage c'est une autre affaire.

De toute manière, comment des événements d'une importance aussi modeste peuvent-ils déborder sur le plan judiciaire? Est-ce bien le cas? Si oui, ça devient burlesque, risible.

Accent Grave

ENB a dit...

De ce que j'ai compris du texte, le chemin représentantle droit de passage de la Ville est obstrué...donc les employés passent par ou ils veulent...
Petite gué-guerre peut-être ?

André Bérard a dit...

Pas simple, ce dossier. À mon avis, ce qu'il faut retenir, c'est ce qu'il coûtera aux contribuables de Sainte-Adèle. Était-il nécessaire d'en arriver là pour régler le contentieux? Je me rappelle un commentaire de Southbear qui disait en gros « vous verrez, un jour, la croix s'éteindra. » Lorsque mon regard se tourne vers le sommet bleu, je remarque en effet qu'elle s'éteint à petit feu. Perspicace, ce Southbear.

Maurice a dit...

J'en ai vu des cirques, et ils sont mieux organisées et plus amusantes!

Des changeurs d'ampoules sans assez de discipline pour pouvoir planifier des visites en avance? Ou assez d'agilité pour naviguer un sentier que semble d'avoir suffit pendant depuis des années?

De l'autre coté, un citoyen qui a l'audacité de construire un maison 50% plus grand que prévu sur le sommet de notre montagne? Et en suite parler de déplacer notre croix pour avoir moins de lumière (et rayons cellulaires) dans son jardin? Franchement. La raison pour laquelle nos admins ont permis à ce cretin de construire un tel monstrosité m'echappe.

J'ai-tu le droit de paver le rue en avant de chez moi? Et si je préfère qu'il ne le soit pas (qui est le cas en passant), est-ce que j'ai le droit de l'enlever? Il semble que oui, "à moins qu'il respecte les normes municipales!"