«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

07 avril 2007

Fraîchement sortie de l'atelier

Je profite de l’annonce faite dans le précédent billet pour vous présenter la dernière œuvre de «The Artist». Elle veut l’intituler « le fraisier ». Moi, je préfère « Grande Ourse, Petite Ourse ». Et vous, quel titre préférez-vous?

Cette toile s’inscrit dans la série dont le thème est la faune et la flore boréale, une des passions de l'artiste. Plusieurs ont qualifié ses dernières œuvres de «petits îlots de candeur rafraîchissants». Commentaire qui rejoint parfaitement l’intention de l’artiste qui souhaite que son travail interpelle la portion innocente en chacun de nous. Ses œuvres ne dénoncent rien et ne se décrivent pas en termes angoissés ou existentiels. Elles proposent une beauté simple, pure, innocente et démaquillée.

«The Artist» croyait que cette nouvelle toile plairait davantage aux femmes. Un ami de longue date, très mâle dans sa peau, s’est contre toute attente, épris du sujet. Comme quoi il ne faut jamais présumer de rien.

Bon Week-end de Pâques à vous tous.

Acrylique sur toile 36'' x 36''

13 commentaires:

Ludovic a dit...

Pourquoi pas "Délice au pays des vermeils" ? ;)
J'adore ce tableau!

André Bérard a dit...

@ Ludovic

Merci!
Je prends note de la suggestion.

J Dancereau a dit...

Madame Beauregard a beaucoup de talent, mais pourquoi lui donner absolument un si mauvais sobriquet.
Seriez vous anglophone ou est ce seulement un manque de modestie.
Je ne crois pas qu'elle est besoin de ça pour etre connue.
Bravo pour cette oeuvre.

André Bérard a dit...

@ J. Dancereau

Merci. !
Vous devez d'abord savoir que l'artiste est aussi ma conjointe. pourquoi «The Artist»? c'est un clin d'œil au chanteur Prince qui un jour a décidé de s'appeler «The Artist». Ça remonte à la première fois où j'ai publié une œuvre de Dominique dans ce carnet. Étant une grande timide, elle ne voulait pas trop attirer l'attention sur elle. J'ai alors, à la blague, utiliser le pseudo«The Artist» pour la nommer. Les lecteurs de ce carnet ont adopté ce nom. Mais, je suis d'accord avec vous : faudrait passer à autre chose. Alors, exit «The Artist» et bienvenue à Dominique Beauregard qui elle-même en a assez de ce sobriquet.

;-)

Zoreilles a dit...

Quelle belle toile à laquelle je n'ai pas pu trouver meilleur titre que celui déjà proposé : Grande ourse et petite ourse ».

Quant à l'artiste que vous féliciterez de notre part à tous, vous pourrez lui dire aussi que lorsque son « Beauregard » se pose sur la faune et la flore qui nous entourent, c'est nous qui y gagnons en beauté, en sérénité. Ses tableaux sont vrament des instants de bonheur qu'elle propage, des histoires qu'elle nous raconte avec ses pinceaux et il n'est pas plus noble création que celle-là.

Inkognitho a dit...

Bravo encore à "The Artist" Ils semblent se dire: " Par laquelle commencer?" Alors je suggère: "L'embarras du choix."

Omo-Erectus a dit...

Pas facile de suggérer un titre à une oeuvre dont on est pas l'auteur.

À la renaissance, on avait l'habitude de nommer un tableau par une courte description de son objet. C'est ainsi qu'on réfère à "La vierge et l'Enfant", "Le Boeuf Écorché", "Jeune fille au turban" ou encore "Garçon à la Toupie".

Les impressionnistes ont plutôt adopté des titres évocateurs: "Café-Concert", "L'Absinthe" et "Le Bal à Bougival".

Le modernisme a introduit les "Composition", "Peinture 54-16" et "Magenta, Noir, Vert"...

À défaut d'inspiration, je suggère donc: "Sans Titre # x"

Omo-Erectus a dit...

Petit message à Ludovic (Bérard, tu voudras bien me prêter cette tribune pour lui adresser ce message?): Hey, lorsque je clik sur ton url, je tombe inévitablement sur une annonce de Viagra. Tu tentes de m'adresser un message subliminal?

André Bérard a dit...

@ Ludovic

Votre proposition de titre « délice au pays des vermeils » est un coup de cœur pour l'artiste. Vous lui donnez un « go » pour baptiser officiellement la toile dont vous serez en quelque sorte le parrain?

Ludovic a dit...

André,
Je suis vraiment honoré, d'autant plus que la fraîcheur des oeuvres de Dominique m'émerveille.
Je lui souhaite un grand succès et une belle carrière à la hauteur de son talent, ce qui n'est pas peu dire! ;)

André Bérard a dit...

@ Ludovic

Nous avons officiellement baptisé la toile ce matin. Un grand merci à vous. Vous semblez avoir un don pour trouver des titres de tableau! ;-)

Ludovic a dit...

Que Dieu vernisse les heureux parents ! :))

Christian Beauregard a dit...

Moi je vote pour "Dominique formerly known has the Artist"