«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

14 mai 2007

La franchise du préfet Garnier

On reproche souvent aux politiciens de parler la langue de bois. La plupart du temps, nous avons raison de le faire. Il arrive cependant que l’un d’eux me surprenne. C’est le cas du préfet de la MRC des Pays-d’en-Haut et vice-président de la Fédération des municipalités du Québec (FMQ), M. Charles Garnier. Dans un article de Nathalie Deraspe publié dans le journal Accès du 11 mai 2007, nous pouvons lire une déclaration faite par le préfet dans le cadre de la commission itinérante sur les cyanobactéries de la Fédération des municipalités du Québec : «Il est de loin préférable tous ensemble, de réagir en protection plutôt qu’en réaction. Nos concitoyens sont de plus en plus nombreux à mettre l’emphase sur l’environnement et l’écologie et ils seront de plus en plus nombreux à juger sévèrement les élus qui auront fait preuve de laxisme et de manque de vision.»

Bien dit : laxisme et manque de vision des élus. Juger sévèrement par les citoyens, ça aussi c’est bien dit ! En lisant cette déclaration, j’avais l’impression de lire mes propres commentaires de blogueur, qui paraît-il, «emmerde» les élus. Cette fois, c’est un élu qui utilise le même langage. D’ailleurs, si ma mémoire est bonne, M. Garnier a déjà été «réprimandé» par les élus pour son franc-parler. Ça m’encourage. un brin. Faute avouée à moitié pardonnée, dit la sagesse populaire.

On nous annonce dans la même édition du journal qu’une entente historique sera conclue entre Abrinord et la Ville de Sainte-Adèle. Là, je tique un peu. Ce genre de déclaration de la Ville, on les connaît. Étrangement, la dernière arrive deux semaines après la publication dans ce carnet des photos du déversement des égouts sanitaires de la Ville dans la Rivière du Nord. Loin de moi l’idée d’accorder à cet humble carnet le moindre rôle dans cette annonce. C’est juste étrange. Un cas patent de «synchronicité», diront certains. Ce n’est pas la première fois que ça se produit.

Les ententes concluent sous le feu des projecteurs, ça fait de bons titres, ça positionne, ça démontre la bonne volonté, c’est bon pour l’image, mais c’est avec les résultats et les actions que l’on mesure la portée d’une entente et non par sa couverture médiatique.

Souhaitons qu’il ne s’agisse pas (encore une fois) d’un show de chaises où des comités se réunissent pour jaser du problème et trouver des pistes de solutions qui seront ensuite étudiées par d’autres comités.

Accordons pour l’instant le bénéfice du doute à cette entente dont nous ne connaissons pas encore les termes et réservons nos commentaires pour l’analyse des résultats.

Toutes mes félicitations à M. Garnier pour sa déclaration honnête et sensée.

5 commentaires:

Anonyme a dit...

Ici on manque pas de parole mais plutot de geste.

Comme dirait l'autre

"grand parleur ti faiseur."

Maurice a dit...

Cher anonyme: on élu et on paye des gens pour qu'ils gérent nos affaires municipales. C'est eux-autres qui manquent de geste!

C'est quoi le but d'avoir un buget de $ 11 670 000 pour une municipalité de 11 000 personnes, si les citoyens doivent faire la gestion environmentale eux-même, durant leurs temps libre?

Sérieusement, on leur donne $11.6M par année, pour faire les "bonnes gestes" de notre part. Qu'ils la dépensent sur l'urbanisme pendant que nos égouts coulent directement dans des rivières, c'est irresponsable pur et simple. Qu'ils nous impose des augmentations de taxes de 15% (2006) pendant que tout cela se passe, devrait être criminelle.

On a besoin de plus de gens comme M. Garnier dans notre hotel de ville, et moins de vendeurs de condos.

André Bérard a dit...

@ Maurice

Je crois que l'anonyme parlait justement des élus qui parlent beaucoup, mais n'agissent pas souvent. Enfin, je crois bien que c'est le message de son commentaire. Des précisions M. Anonyme.

Christian Beauregard a dit...

Suis son adresse i.p. il est surement à son travail.

Ensuite fait un trace sur l'adresse par google et cela va te dire de ou provient l'adresse.

Tu peut même faire la commande nslookup "adresse i.p" et si c'est une compagnie tu verras le nom apparaitre.

Omo-Erectus a dit...

J'aime bien la langue de bois. Celle du bois franc toutefois...