«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

01 septembre 2007

Dis-moi ce que tu lis ...

L’été, j’aime bien renouer avec les lectures de mon enfance. Cet été, c’est Bob Morane qui a occupé l’espace nostalgique de ma saison estivale. Bob Morane, un héros plus grand que nature, grand gaillard athlétique, les yeux gris acier, les cheveux coupés en brosse, aventurier, ingénieur, polyglotte et nyctalope. As pilote, il maîtrise en outre plusieurs arts martiaux, tels que le judo et le ju-jitsu. Son compagnon d’aventure, William (Bill) Ballantine est un géant écossais de plus de deux mètres à la force colossale, bon enfant et amateur impénitent de Whisky, le Zat 77, plus précisément. Il possède un élevage de poulets en Écosse qu’il abandonne régulièrement pour seconder son compagnon dans sa lutte contre le mal en général et contre l’Ombre Jaune en particulier.

Comme tout petit garçon adepte du héros, j’ai dû souhaiter un jour lui ressembler. Force m’est de constater que ça n’a pas fonctionné. Mon côté athlétique est pour le moins discret, mes cheveux sont restés sur la brosse, je n’ai qu’une formation de pilote d’un jour et je suis plutôt myope, astigmate et presbyte que nyctalope.

Je n’avais pas encore atteint mes 12 ans et j’avais déjà passé au travers la collection complète des aventures du héros français qui appartenait à mon grand frère. Bien avant qu’Indochine écrive la chanson sur l’aventurier :

«Le coeur tendre dans le lit de Miss Clark
Prisonnière du sultan de Jarawak
En pleine terreur à Manicouagan
Isolé dans la jungle birmane
Emprisonnant les flibustiers
L'ennemi est démasqué
On a volé le collier de Civa
Le maharaja en répondra»


J’ai réussi à dénicher dans les boutiques de livres usagés des exemplaires publiés chez Marabout Junior, l’édition de ma jeunesse. Quelle joie que de retrouver la texture du papier des livres de cette collection, ses illustrations et surtout, de replonger dans l’odeur typique des livres de poche de cette époque.

Le seul hic: le rôle des femmes dans l’œuvre d’Henri Vernes. À l’époque de mes dix ans, je suis passé à côté du machisme fini du personnage. Heureusement pour moi, car les femmes qui jalonnent les romans de Vernes ne sont que des faire-valoir, ou pire, de simples figurantes ne servant qu’à distraire le héros de sa mission. Heureusement, ce n’est pas ce que j’ai retenu du travail de Vernes.

Et vous, vous arrive-t-il de vous replonger dans les aventures des héros de votre jeunesse?

17 commentaires:

Omo-Erectus a dit...

Oui oui, moi aussi. Tenez, actuellement, je me re-tape l'intégrale de Pablo Neruda!

Inkognitho a dit...

Je n'ai pas lu tous les romans de Bob Morane, cependant j'affectionnait particulèrement ceux avec l'Ombre Jaune. C'est avec Morane que j'ai pris connaissance du langage Javanais.

Bavon davimavanchave mavonsavieur Bavéravard.

Inkognitho a dit...

Pour faire suite à mon commentaire précédent...Ma mémoire doit me jouer des tours en ce qui concerne le javanais. J'avais l'impression que Bob ne faisait que rajouté
"ja" devant chaque syllabe et non pas "av" à l'intérieur de chaque syllabe.

Jam'en jafin jace jan'est japas jasi jaim japor jatant. : )

Michel Monette a dit...

Pour moi Bob Morane, c'est l'Amazonie. J'ai lu plusieurs des romans, mais je ne sais pourquoi, j'ai toujours la jungle amazonienne en tête quand j'y repense. je suis un babyboomer nostalgique de Morane et de Spirou ;-)

(J'ai toujours été un fan du Marsipulami)

Christian Beauregard a dit...

Je n'ai pas relu BoB Morane mais j'en prenais dès que j'en voyais à la bibliothèque, ainsi que des rahans, des krostons, des srameustaches, spirou, tif et tondu, yoko tsuno, l'incal, tout ce que pouvais trouver de Métal Hurlant, les petits hommes au brontoxiques, ric hochet etc..etc..

Je n'ai plus la flammes des BD, mon univers tourne autour des séries de livres Fantastiques et science-fiction entremêlé d'horreur.

Mais je me souviens de ce bon vieux temps.

baron empain a dit...

C'était Tintin, Spirou et Gaston Lagaffe pour moi.

J'aimais aussi les pilotes Buck Danny (US) et Dan Cooper (cdn)...

Zoreilles a dit...

Malheureusement, je n'ai pas lu Bob Morane et mes héros à moi, ils étaient cinq, Le Club des Cinq vivaient plein d'aventures, ils étaient intègres et débrouillards, allumés et pleins de ressources, ils défendaient des causes nobles et gagnaient toujours à la fin! Surtout, il y avait des filles là-dedans, égales aux gars!

À la télé, les Cadets de la forêt me faisaient vivre des aventures palpitantes toutes les semaines. J'avais deux héros, Chubb, le gars d'action et la fille, Catherine, avec ses nattes brunes et ses bonnes idées. Comme j'aimerais revoir ces émissions de ma jeunesse! Ce serait rafraîchissant de revivre l'époque où les bons triomphaient, la justice aussi, et les méchants n'avaient que ce qu'ils méritaient!

J'étais attachée à tous les personnages, les Cadets bien sûr, mais aussi le shérif de la GRC, Joe l'indien, le vieux prospecteur, Mc Leod, etc. Cette série était d'avant-garde, on y parlait déjà beaucoup d'environnement, les pires bandits étaient des pollueurs. La série était tournée pas trop loin de chez moi, à North Bay en Ontario et on y voyait parfois de nos comédiens du Québec...

André Bérard a dit...

@ Zoreilles

Vous m'avez rappelé une émission que j'avais oubliée : les cadets de la forêt!

Bonne nouvelle: pour seulement 39,95$ vous pouvez renouer avec vos héros de jeunesse. Allez voir ICI

Inkognitho a dit...

@ Zoreilles YNY556 Répondez à vous : )

Hermine a dit...

Et bien, mes toutes premières lectures furent celles de la Comtesse de Ségur... des Petites filles modèles (qui ne l'étaient pas en fait) aux Malheurs de Sophie (qui était en fait la comtesse elle-même!) et aussi Pauvre Blaise , et j'en passe, je pense avoir lu tous ses livres, je l'ai vraiment aimé cette comtesse et tiens merci Monsieur Bérard de m'avoir donné l'occasion d'y repenser...vraiment de beaux souvenirs pour moi.

Zoreilles a dit...

Merci Monsieur Bérard pour ce fameux lien, j'y ai retrouvé un peu de mon enfance rien qu'à lire la description du contenu du DVD. Je demanderai ça au Père Noël cette année. Je me demande bien de quels épisodes il s'agit puisque je n'ai pas reconnu Catherine, maintenant blonde, alors que dans mon temps, elle était brune. Ce n'est pas un petit détail, je m'identifiais vraiment à Catherine!

Me permettrez-vous de répondre à Inkognitho dont j'ai trouvé le commentaire... absolument délicieux?

XNY556 B comme Bob appelle, oui Georges?

Pierrot a dit...

Bob Morane, Jules Verne, Michel Vaillant, Astérix, Achille Talon, qu'auraient-ils fait de nos élus?
Quels beaux souvenirs.
Je suis en train de relire pour la n'iéme fois "Les Raisins de la Colère" de John Steinbeck.
Je constate que les "vendeurs de chars" et ceux qui profitent des culs terreux n'ont pas tellement changé, ils ont tout simplement amélioré leur technique!

Jean-Pierre St-Germain

P Saucier a dit...

Ah! Dan Cooper! J'aimais bien ça. Yoko Tsuno aussi. Le Club des cinq, Tintin, Astérix, quelques Jules Verne et deux ou trois Bob Morane... Un petit voyage dans mon enfance!

AntiPollution a dit...

Juste pour vous rendre jaloux, M. Bérard, j'ai + de 105 Bob Morane de la série originale.
Et ce que j'aimais le plus, c'était le petit cours de géographie et d'histoire à la fin du livre.

André Bérard a dit...

@ Antipollution

Je suis carrément jaloux. Dire que je possédais la collection complète (de l'époque) et que je l'ai donné à un petit voisin qui découvrait la lecture. S'il vous prend un jour l’idée de vous débarrasser de votre collection, pensez à moi!

AntiPollution a dit...

Moi, aussi, j'ai failli le faire, mais je suis revenu sur ma décision à temps mais je crois bien ( pour votre malheur -lol- ) que ce sera mes héritiers qui en disposeront.

André Bérard a dit...

@ Antipollution

Vous aurez donc mieux fait que moi, qui doit aujourd'hui, pour satisfaire mes pulsions nostalgiques, courir les boutiques de livres usagés afin de débusquer quelques exemplaires poussiéreux, qui souvent, sentent la cigarette. ;-)