«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

18 décembre 2007

La mairesse suppléante fait le saut dans la course à la mairie de Sainte-Adèle. Y a-t-il un filet pour la recevoir?

L’Hôtel de Ville de Sainte-Adèle ne cessera donc jamais de nous surprendre. La mairesse suppléante Marlène Houle annonce sa candidature au poste de mairesse à l’occasion des élections partielles qui se tiendront le 24 février 2008. La boîte de Pandore du 1381 boulevard Sainte-Adèle semble contenir encore quelques ressorts grinçants en état de marche. Le «saut» de la mairesse risque fort de se transformer en une ultime acrobatie exécutée sans filet. Gare à la chute.

C’est après le dépôt du budget 2008, effectué avant la séance ordinaire du conseil de lundi dernier, que la mairesse suppléante annonçait la «grande nouvelle» devant une assemblée qui est restée de glace. Les conseillers Latour et Quenneville ont exprimé publiquement leur appui à la nouvelle candidate. Selon certains observateurs, Marlène Houle a fait preuve d’un manque évident d’éthique en subtilisant du temps d’antenne afin d’annoncer sa candidature devant les caméras de COGÉCO, alors que les autres candidats ne jouissent pas de la même diffusion. D’autres observateurs de la scène politique adéloise estiment quant à eux que la candidate Houle « a du culot de se présenter après un bilan aussi pauvre et dans un marasme politique qui est somme toute le fruit de cette administration.»

Culot ou ingénuité, les faits nous présentent une administration incapable de répondre adéquatement aux questions de fond posées lors des séances du conseil par les citoyens adélois toujours plus nombreux à se présenter à l’Hôtel de Ville. Un exemple : la question concernant le montant cautionné par la Ville pour le parc d’affaires La Rolland a été posée à au moins quatre reprises en autant de séances du conseil. Chaque fois, la mairesse prétend ne pas connaître le «chiffre exact» et se tourne vers le greffier ou le directeur général de la Ville. De toute évidence, la somme de 4,2 millions de dollars est pour la candidate Houle un détail qui ne vaut pas la peine d’être retenu. Cafouillage est le mot qui s’impose naturellement pour décrire la période de questions des séances du conseil présidées par la mairesse suppléante qui s’évertue à éluder systématiquement toutes les questions à contenu. La langue de bois est la langue officielle de l’Hôtel de Ville. Dans ce contexte, nous sommes en droit de sourire devant l’annonce de la candidature de Marlène Houle, et ce, malgré l’appui de deux conseillers sur une possibilité de sept. La candidate Houle devra dépenser des trésors d’ingéniosité afin de persuader les Adélois que sa «machine est solide» et transparente, que le marasme actuel n’est que fortuit et non imputable à son administration. Il y a des limites au pouvoir des relations publiques.

Lorsque votre véhicule est en panne dans le fossé, n’est-il pas illusoire d’espérer convaincre les autostoppeurs que votre «machine est solide», que vous maîtrisez la situation et qu’ils peuvent compter sur vous pour les mener à destination? La réponse aux prochaines élections.

15 commentaires:

alainsteadele a dit...

Pauvre greffier, j'aimerais pas être dans ces cullottes.Pendant la période des questions il en était a faire des petits dessins,vous savez ,ceux que l'on fait sans faire attention lorsque l'on est au téléphone et qui reflettent nos émotions.
Il devait rèver a son cadeau de noel ou encore: "vivement le prochain maire,j'espere qu'il sera moins bavard et qu'il fera ca job .Apres tout ,je ne suis qu'un fonctionaire."

Esperanza a dit...

Ne connaissant pas la dame en question (ni n'habitant Ste-Adèle), je ne puis émettre un commentaire sur le fond. Cependant, je tenais à écrire que ce billet (article dans ton cas ;-))est écrit magnifiquement, avec une concision précise qui, à mon avis, sont de plus en plus rares. Juss' de même!

André Bérard a dit...

@ Esperanza

Quel gentil commentaire! Merci, sincèrement.

raton patineur a dit...

Faire le «sot» en politique c'est facile. Le saut sera plus difficile!
C'est le fun , il y aura de la matière pour le blog. A défaut de réservoir efficace à Ste-Adèle, la source des conflits politiques est loin de se tarir...

Les ratons laveurs vont patiner encore longtemps (avec leurs avocats)! J'adore.

ZORRO a dit...

Zaux futurs prétendants zau trône de Zainte-Adèle...

"Baie-Saint-Paul: première ville du Québec à avoir adopté son Agenda 21 local.

L'agenda 21 de Baie-Saint-Paul vise à planifier le développement de la ville en tenant compte des aspects environnemental, économique et social, ainsi qu'à assurer la cohérence des actions de la collectivité en matière de développement durable.
Il s'agit là d'un geste concret en faveur du développement durable et d'une contribution locale à la sauvegarde de notre planète. L'agenda 21 de Baie-Saint-Paul regroupe une cinquantaine d'actions. Plus de 200 citoyens ont partagé le diagnostic sur l'état de durabilité du territoire et le enjeux auxquels la Ville aura à faire face que le développement durable devienne une réalité Baie-Saint-Paul . C'est un programme d'actions pour le 21e siècle qui répond aux inquiétudes prioritaires locales quant au développement durable. Mis de l'avant par les Nations Unies, ce programme a été adopté par les pays signataires de la Déclaration de Rio de Janeiro en juin 1992. Il est répandu en Europe et aux États-Unis, mais encore peu connu au Québec.
La ville de Baie-Saint-Paul a obtenu un prix national d'excellence du Réseau québécois des villes et villages en santé (2006) pour la réalisation de son Agenda 21 local car "i; constitue un exemple de démarche et de planification municipale centrée sur les principes des citoyens au coeur du devenir de la communauté". de plus elle a mérité le Fidéide de l'Environnement de la Chambre de commerce des entrepreneurs de Québec qui en a couronné l'excellence."

Source:Baie-Saint-Paul, Art et nature 2007-08, Guide de séjour

André Bérard a dit...

@ Zorro

Un bel exemple que vous nous présentez là. Peut-on rêver d'une Sainte-Adèle aussi innovatrice, verte et centrée sur les citoyens? Faudrait d'abord s'occuper des métastases du cancer que représentent les firmes et promoteurs qui défendront férocement leur carré de sable adélois. Faudrait d'abord une administration qui se tient debout sans l'aide de toutes ces prothèses politiques. Faudrait d'abord récupérer le maitre du développement durable que nous avons laissé filé vers la Ville de Lorraine. ;-)

Pierrot a dit...

Je viens de recevoir le communiqué de Claude Descôteaux, candidat à la mairie de Sainte-Adèle.
Candidement il nous dit qu'il a accepté de "relever le défi d'appliquer aux finances publiques le sérieux qu'elles exigent, de consolider nos acquis et de planifier notre avenir."
Je me demande bien ce que ça veut dire!
Des mots, encore des mots, toujours des mots, mais jamais rien de clair et précis.
Comme dirait Cournoyer, plus ça change plus c'est pareil désespoir!
Si Monsieur Descôteaux veut que je vote pour lui, il devra dire clairement ce qu'il veut faire avec la Rolland, avec Lupien, avec la croix, avec les taxes etc. etc.

Jean-Pierre St-Germain

André Bérard a dit...

@ Pierrot

Tout à fait d'accord avec vous. Le candidat qui se démarquera sera celui qui ne tiendra pas un discours générique et fera des grands dossiers des enjeux électoraux. Ça part mal, c'est le moins que l'on puisse dire.

18% a dit...

Houle, Je ne suis plus capable de voir sa face d'hypocrite partout.

18% d'augmentation de taxes et elle ose dire que c'est un budget responsable.

En plus, la prétentieuse croit être la meilleure pour pouvoir redresser la situation de la ville, j'ai une nouvelle pour toi, ce qui faut ici c'est que tu fasse comme les autres de ta gang, débarrasse, dégage.

Hermine a dit...

Monsieur Bérard, je m'ennuie de vos billets, tel celui décrivant votre rêve d'enfant de devenir aviateur...

André Bérard a dit...

@ Hermine

Je m'ennuie d'en écrire. Je me propose donc durant mes vacances des fêtes, de commettre quelques billets à saveur plus personnelle. J'ai cessé d'en écrire, car je croyais que ce n'était d'aucun intérêt pour mes lecteurs.

Zoreilles a dit...

Quoi? D'aucun intérêt pour vos lecteurs? Mais sur quelle planête êtes-vous en ce moment pour si mal nous connaître? Ce serait le plus beau cadeau de Noël que vous pourriez nous faire!

J'attends moi aussi depuis longtemps le récit du pilote d'un jour et toutes les histoires que vous aimeriez nous raconter. Allez, Monsieur Bérard, écoutez votre coeur, racontez-nous une histoire... s'il-vous-plait... Nous avons été si sages et promettons solennellement de l'être encore en 2008.

;o)

André Bérard a dit...

@ Zoreilles

Sur quelle planète je suis? Sainte-Adèle, voyons! Il sera sanitaire pour moi de m’éloigner de la politique municipale durant les vacances de Noël. Je me replonge dans le récit de mon aventure de pilote d'un jour. C'est une promesse.

Merci pour ce commentaire.

Pierrot a dit...

Luc Millette essaie bien de faire de l'humour satirique et de la poésie.
A en juger par le nombre de commentaires que ses billets suscitent ça ne sembke pas intéresser grand monde!

Jean-Pierre St-Germain

Hermine a dit...

Monsieur Bérard notre intérêt n'est pas nécessairement que vous nous racontiez votre vie personnelle, mais, lorsque vous le faites vous l'écrivez de si belle façon que c'est très agréable de vous lire. De plus, ne sommes nous pas,nous tous humains, un peu de la même sève, vivant des situations similaires, ressentant les mêmes sensations ou émotions? Mais il y a une chose qui ne nous est pas commune c'est celle de posséder le talent de l'écrire et vous, vous l'avez. C'est donc un pur bonheur pour le lecteur. Alors merci d'avoir été sensible à cet appel et au plaisir de lire à nouveau vos histoires...