«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

13 août 2008

Fermeture des pentes 40-80 [prise 2]

Dans la foulée du précédent billet, je publie, avec la permission du journal Accès, le commentaire d'un Adélois de 74 ans qui a fait parvenir une lettre manuscrite aux bureaux du journal. Certains dossiers suscitent plus de réactions que d'autres. Celui de la fermeture des pentes 40-80 est de toute évidence un de ceux-là et semble jouer sur une des cordes sensibles des Adélois. 

«MONSIEUR LE MAIRE, VILLE DE SAINTE-ADÈLE
Vous avez réussi votre entrée et laissé personne indifférent en annonçant la fermeture des côtes 40/80 de Sainte-Adèle.
La fabrique aurait annoncé le déboulonnement de la croix ou la fermeture de l’église qu’elle n’aurait pas causé plus de surprise. La raison invoquée? La rentabilité.
Est-ce qu’on s’attend et qu’on exige qu’une plage publique, que des terrains de tennis, qu’un aréna ou une patinoire, qu’un parc municipal, etc., soient rentables?
Les coûts de construction et d’opération font partie des raisons du maintien de tels services, bien sûr. Mais, heureusement, font aussi partie des considérations, le bien-être et le sain développement des jeunes et des moins jeunes, la qualité de vie de la communauté, et dans le cas qui nous concerne, l’histoire des côtes 40/80, qui depuis 70 ans, offrent à Sainte-Adèle et aux touristes le plus beau parc naturel.
Puisque vous parlez de rentabilité, alors pourquoi ne pas fournir à la population un état des revenus et dépenses du centre pour les 20 dernières années? Par la même occasion, vous pourriez peut-être nous expliquer pourquoi les ententes avec la commission scolaire n’ont plus lieu. En plus d’apporter des revenus assurés à la municipalité, ces ententes permettaient aux étudiants d’avoir des classes et jours de plein air dans un décor enchanteur. Mens sana in corpore sano, disaient avec sagesse les Romains. Le développement de la jeunesse et son bonheur ont un prix.
Si Sainte-Adèle fut longtemps chef de file, ce n’est pas le fruit du hasard. Il y a eu des gens dynamiques qui ont cru à Sainte-Adèle, qui ont bâti Sainte-Adèle, soit par des hôtels comme le fameux Chanteclerc, le Ste-Adèle Lodge, etc., soit par des activités sportives ou artistiques comme le prestigieux centre d’art de Pauline Rochon et autres associés, qui permis à Sainte-Adèle de rayonner avec les différents cours (céramique, etc.) et le théâtre. Les premières pièces de Dubé (ex. Zone) furent jouées en plein air, le soir, au pied des côtes 40/80. Quelles belles soirées de découverte pour la jeunesse d’alors, dont je faisais partie. J’oubliais la maison blanche et la famille Marin, instigatrice du premier “rope tow” aux dites pentes.
Si le seul critère retenu pour conserver ou fermer les côtes 40/80 est la rentabilité, alors pourquoi pas un marché aux puces dans le magnifique parc de la famille, il deviendrait ainsi sûrement rentable?
Soyons sérieux. Avant de fermer les côtes 40/80 pour cause de non-rentabilité, des réponses devraient être fournies à la population, qui ainsi éclairée, devrait être consultée par référendum.»
- Un natif de Sainte-Adèle de 74 ans
 Vous pourrez lire ce commentaire dans l'édition du journal Accès du 15 août prochain.

9 commentaires:

Eric a dit...

Et pourtant, la ville finance des organismes comme les murales des pays d'en haut qui soit dit en passant la représentation de leur nouveau chef-d'oeuvre est le pire fiasco de la ville... une murale de La Rolland qui pourtant, malgré son énorme impact sur les finances de la ville, lui ne ferme pas...

Question de priorité j'imagine...

Dodo a dit...

L'argent continue d'avoir plus de valeur que la Vie même! Le règne du veau d'or se perpétue...La survie des choses vs la survie des gens!
On choisi la santé, l'entretien de la santé ou bien la rentabilité?
On choisi la créativité et les idées ou bien une sèche fermeture?
Tout est une question de valeurs personnelles des décideurs qui semblent baisser trop facilement les bras devant les difficultés. Pourquoi ne pas mettre à contribution les idées citoyennes?
Serait-il trop tard pour mettre en place une tribune de "brainstorming" citoyen (excusez l'anglicisme"). Ça pourrait être profitable pour tous de connaître les véritables enjeux économiques (lire à quelle échelle de grandeur se situe le problême $$)
Ce cri du coeur d'un aîné nous montre à quel point ce coin de pays est aimé et apprécié pour ce qu'il est. L'histoire ne dit pas ce qu'il adviendra après la fermeture...

Gabriel a dit...

Parler rentabilité semble être en effet un argument facile à mettre de l'avant pour prendre des décisions difficiles ou non-éclairées. Pas payant = on ferme! Quel manque de vision et de leadership. Fermons les bibliothèques tant qu'a y être! Avec l'internet, quelle est leur utilité!!!

Ces décisions absurdes sont en effet beaucoup plus simple que de choisir d'accepter un défi et de le relever. Par exemple, le site 40.80 au complet vu dans son ensemble, pourrait-il avoir une vocation à l'année longue? Un défi à relever? Certainement.

Par exemple, investir dans une chaise au lieu des vieux T-Bars ne peremtterait-il pas d'exploiter ce centre durant l'été pour la descente en vélo de montagne? Une piste d'hébertisme tant qu'a y être? Et avec ce fameux chalet tout neuf promis depuis 3 ans, les camps de jours de St-Adèle et des villes avoisinantes auraient pu en profiter et contribuer à rentabiliser le site? Et pourquoi pas un développement comme Arbraska?

Il n'est jamais trop tard pour réparer les erreurs des administrations passées, comme revitaliser un site historique gravement négligé qu'est 40.80. Je crois que les citoyens en auraient long à dire... Pourquoi ne pas les consulter - il y aurait certainement d'autres excellentes idées...

La ou il y a volonté et vision, les choses peuvent bouger - et en bout de compte les résident d'une des plus belle petite ville du Nord auraient aujourd'hui plus, et non moins comme l'administration courante est en train de leur lèguer...

Anonyme a dit...

Moi, je suis fasciné par le manque de respect que démontre la ville envers ses habitants. Même pour moi, même si je suis pas résident permanent, cette montagne là, elle est importante pour moi et mes enfants. De ce qu'on me dit, la ville a même pas envoyé de lettre à TOUS ses citoyens les convoquant à une réunion. Ils auraient pu leur demander si, pour sauver les pentes, ils auraient été prêt à payer un 20-30$ de plus en taxes par année! Ou, au pire, faire une levée de fond pour sauver les pentes! Ben non, ils ferment les pentes en douceur en espérant que ça passe comme dans du beurre. Moi, j'aimerais voir un maire qui se bat pour préserver les pentes. Ces pentes là sont une des raisons principales pourquoi on loue notre chalet à chaque année. Il ne nous restera qu'à le louer proche d'Habitant maintenant. Ça sera jamais comme nos pentes 40-80 qu'on adore, mais c'est quoi l'alternative?

Pauline a dit...

Mon mari et moi sommes très déçus de la mairie.
Cela fait plus de trente ans que nous habitons Sainte-Adèle, et les pentes y fonctionnaient bien avant notre arrivée.
Très décevant selon nous, cette décision.
Est-il vraiment trop tard pour reconsidérer?

Pauline

Anonyme a dit...

Il me semble que la mairie n'est pas rentable non plus... je pense qu'on devrait la fermer d'avantage! Rappelons que c'est maire Théoret qui l'a acheté, pour la bénifice des futurs-générations.

5 urbanistes à temps plein, mais pas d'argent pour un t-bar? Un vision d'un "nouveau centre-ville", mais aucun vision pour le ski?

Il y a 3 ans, on avait 2 centres de ski au pleine centre de notre village. Aujourdhui, aucun.

Pathétique gestion.

-Carl.

Gabriel a dit...

Excellent point Carl, quelle autre ville peut se vanter d'avoir un centre de ski en plein centre-ville - et à distance de marche d'une douzaine de restos sur la rue Morin...!

Mais je constate avec tristesse que le peu de commentaires des citoyens sur ce forum, ni sur d'autres, ne condamne 40-80 pour de bon.

Pourquoi avoir espéré quelquechose de mieux (ou de différent) de la part des politiciens, qui ne sont au pouvoir que pour y rester le plus longtemps possible.

Ils évitent à tout prix les projets comportant un défi et ignorent ce qui est bon globalement pour une communauté, lorsque ces décisions ne sont pas le meilleures financièrement, ou comportent un risque à leur éventuelle campagne électorale.

Pathétique sur toute la ligne. Pathétique depuis 15 ans et rien de mieux à l'horizon...

La, je vais m'aventurer à assumer que la majorité, sinon la totalité, de l'administration de la ville (présente et passée) n'a jamais mis les pieds (ou les skis) sur une des pistes de 40-80... Bienvenu à ceux qui souhaitent me contredire!!!

Mais la question importante: Dans combien de temps est-ce que l'inévitable projet de condos sera annoncé??? Une administration responsable ne pourrais priver les Adélois des revenus des taxes qu'engendrerais un développement de condos sur ce superbe terrain avec vue spectaculaire sur la vallée!!! Vites promoteurs, prenez un numéro et appelez M. le maire avec vos beaux projets de condos de luxe "by-the-slopes" qui seront achetés par des gens qui iront skier et fêter... à Saint-Sauveur?

-Un nouveau ex-skieur de 40-80 qui se cherche maintenant un autre centre de ski...

Pierre a dit...

GABRIEL: tu as frappé droit dans le mille, mec! Ça sent pas bon cette affaire là. Ça sonne comme de l'argent qui se transige derrière des portes fermées. À mon avis, c'est clair qu'il y a des intérêts extérieurs qui ont eu leur part à jouer dans cette décision, et que tôt ou tard (peut-être pas cet été, pour que ce ne soit pas trop évident), on va voir les pancartes des compagnies immobilières en plein milieu de la 80... (En tout cas, ces pancartes là, je m'en charge... ;-))

C'est tellement dommage d'être impuissant face à cela. Le mieux à faire c'est de s'assurer que cette administration débarque au plus **. Faut faire du bruit.
Entre temps, je vais passer en avant de la maison du maire de temps en temps, pour voir si il change pas son char pour une Lexus...

Mathieu Gendron a dit...

Cher Monsieur,
Depuis les deux dernières saisons, ma fille maintenant agée de 5 ans s’est initiée au ski aux pentes 40 80 et durant ses cours, moi je me détendais sur les pistes. C’est très dommge de voir cette magnifique station qui étais l’alternative aux stations commerciales de la vallée de St-Sauveur et ce à coût moindre. Plusieurs familles n’ont pas les moyens de se permettre des leçons de ski pour le double du prix que l’on payait aux pentes 40 80. Je me suis amusé la saison dernière avec l’accord du directeur de la station de me promener avec le costume de la mascotte de la station nommé Pralin. Les enfants l’aimait vraiment beaucoup!
C’est dommager pour le ski et les familles…..
Mathieu Gendron