«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

16 juillet 2007

Jorge Martinez

Des notes, du rythme, de l’ambiance.

Dimanche soir dernier, dans le cadre des soirées Nostalgia, Jorges Martinez et ses musiciens se produisaient en spectacle sur la scène du parc de la Famille, à Sainte-Adèle.

Née en Argentine, le guitariste virtuose Jorge Martinez nous a séduit par son habileté à nous transporter avec fluidité du flamenco au jazz fusion en passant par la musique du monde et les rythmes latins. Une musique à la fois enveloppante et percutante, toujours touchante. Musique du corps et de l’âme, elle nous invite à danser et à célébrer le battement de la vie.

En cette soirée fraiche du mois de juillet, les enfants furent les premiers à succomber au rythme festif des guitares, des percussions et de la contrebasse. Puis, timidement, les plus vieux ont eux aussi cédé au rythme et ont envahi à leur tour le devant de la scène. Difficile de résister à l’énergie qui émane de la musique de Martinez. Silhouette frêle, longs cheveux noirs, le musicien un peu timide se transforme en géant au contact de sa guitare. Martinez et ses musiciens ont insufflé aux spectateurs une énergie et une vitalité contagieuse.

Gagnant du Prix aménagement 2007 dans la catégorie des municipalités de 20 000 habitants et moins, le parc de la famille, dont l’aménagement rappelle les anciennes agoras romaines, est un endroit au cachet particulier, qui a contribué à l’ambiance de la soirée.

2 commentaires:

Omo-Erectus a dit...

Voyez-vous, à Ste-Adèle, y'a le mieux, et le pire.

Zoreilles a dit...

À vous « entendre » en parler, j'y étais, je vous assure, ça me donnait le goût de danser!