«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

20 novembre 2007

La «vérité» sur l’affaire Lupien: bientôt dans un dépliant près de chez vous

Je croyais avoir tout vu à Sainte-Adèle. Je m’étais lourdement trompé. La résolution 49 de l’ordre du jour approuvée hier par les conseillers nous annonce la production d’un dépliant qui nous expliquera la position de la Ville dans le dossier l’opposant à M. Lupien. Un dépliant! Qu’est-ce que c’est que ce grenouillage? Depuis quand doit-on produire un dépliant afin d’expliquer ses démêlés juridiques avec un citoyen? La réponse : depuis que la firme Tapage est dans le paysage adélois. Ça sent la relation publique et le sauvetage politique à plein nez. C’est d’un ridicule consommé. Un point de presse assortie d’un communiqué et d’une publication dans les journaux aurait largement suffi pour «rétablir les faits.» D’ailleurs, on peut se demander pourquoi ça n’a pas encore été fait. Le pattern auquel on nous a habitués persiste: on laisse les choses se dégrader jusqu’à ce que les dommages soient irréparables. On tente ensuite de recoller les morceaux.

Ceux qui doutent encore que la Ville de Sainte-Adèle est dirigée par les avocats et les boîtes de relations publiques devront se raviser.

Surveiller votre courrier. Bientôt sur papier glacé, la vérité, toute la vérité, rien que la vérité sur l’affaire Lupien.

5 commentaires:

Anonyme a dit...

C'est malheureux, Sainte-Adèle est en train de donner une très mauvaise réputation partout au Québec.

Malheureusement pour le conseil de ville de Sainte-Adèle , le maire Gendron à une plume au journal L'Accès et ce dernier a plusieurs contact dans les médias ainsi que dans le milieu municipal au Québec. Il est même très plogé avec certain députés , ministres et hauts fonctionnaires au Québec.
Je suis certain , connaissant le personnage , il ne se privera pas d'écrire ce qu'il pense de Sainte-Adèle. Également , Gendron ne se gênera pas pour faire la promotion de la belle gang d'imbéciles qui dirige notre ville et ce partout au Québec. C'est très triste pour une ville plein de potentiel touristique.


Pour revenir au fameux dépliants LUPIEN. Il est temps que Québec revise sa position sur l'avenir politique de Sainte-Adèle. Il faut à tout pris obtenir la tutelle afin de limiter les dégats de nos administrateurs. Un dépliants de la sortes peu coûter facilement aux contribuables 10 000$ (frais légaux , papier , mise en page , graphisme , envoie etc...) Ça n'a aucun SENS de dépenser ces sommes pour des fins partisanes politique!
Il y a également environs pour 4 millions de dollards en poursuite de toute sortes. Est-ce cela une saine gestion ?

Donner six mois de salaire à un DG qui trempe dans l'illégalité et qui donne une mauvaise image de Sainte-Adèle partout au Québec. Est-ce cela une saine gestion ?

Refuser le soutien du député Cousineau au lieu d'enrichir les firmes d'avocats. est-ce cela une saine gestion ?

Voter une résolution à l'effet que les contribuables adélois payent le souper de noel des CONJOINTS(ES)des membres du CCU. Il ne faut pas pousser trop loin sa luck tout de même. Qu'est-ce que les conjoints viennent faire dans ce souper avec nos taxes. Est-ce cela une saine gestion ?

Bref , c'est incroyable que nos élus aient encore les commandes de notre ville après ces mois de déboire politique. C'est à ne rien comprendre.

lumino-thérapie a dit...

A mon avis, le seul dépliant qui serait valable concernant un procès est celui qui reproduirait intégralement tous les jugements déjà rendus par un ou plusieurs juges dans une affaire...J'ai lu le document que vous avez l'intention de faire parvenir aux citoyens. Pourquoi madame la mairesse ne faites vous allusion dans ce dépliant, qu'au jugement autorisant le regroupement des dossiers? Pourquoi ne pas dire toute la vérité et parler du jugement refusant votre demande d'ordonnance de sauvegarde?
Vous accusez ensuite les médias de donner des informations incomplètes...Comment qualifier les vôtres? les journaux ne sont pas publiés aux frais des citoyens, ce qui n'est pas le cas pour votre dépliant. Inscrire des numéros de dossiers et dire aux citoyens de les consulter à la Cour...c'est totalement idiot...bonne chance avec les fonctionnaires au comptoir! La municipalité doit engager une armée d'avocats pour se comprendre et elle conseille aux citoyens de se débrouiller seuls au Palais de justice dans tous ces dossiers et ces procédures très complexes, selon ses propres termes! De plus,vous êtes de mauvaise foi en mettant dans le même sac les recours de Lupien et ceux de citoyens du sommet bleu.Les causes, les parties et les conclusions recherchées ne sont pas les mêmes. Les médias ne sont pas responsables des ouvertures grandes ouvertes dans un bassin d'eau et votre dépliant ne changera rien aux faits. Vous devriez poursuivre les ratons aussi...Pourquoi induire les citoyens en erreur? Une servitude n'est pas une loi et un droit de passage ne confère pas un droit de propriété.
Les lumières qui manquent le plus cruellement, ne sont pas sur la croix...mais à la municipalité. Vous désirez conclure une entente avec le citoyen Lupien...bonne chance, vous faites tout ce qu'il faut pour obtenir le contraire.
P.S. Pour faire taire les rumeurs...je ne connais pas M. Lupien. Toutefois, je préfère cette saga à toutes les téléréalités!

Anonyme a dit...

@ lumino-thérapie


EXCELLENT commentaire... Je partage totalement votre opinion ! Je crois que la mairesse Houle se cherche un style de gestion et une manière de se démarquer dans le petit monde politique municipal.

Hélas , Ste-Foy a eu une mairesse célèbre qui a très bien géré les taxes de ces citoyens durant des décinies. ICI , nous avons une mairesse hélas inconnu qui s'amuse à dépenser l'$ des contribuables à gauche et à droite comme bon lui semble.

Et le pire dans tout cela , elle n'a même pas été élu par le peuple pour les raisons que l'on connait et elle ose adopter une attitude de Outremont dans son palais royal de la 117.

Anonyme a dit...

Attendez, c’est que le début.

La Ville de Blainville a payer au-delà de 400 000$ à Tapage en 2006.

Ça commence avec Tapage (filiale du groupe Domco), mais L’Imprimerie Domco ne sera pas loin en arrière.

JB de www.blainville.org

Anonyme a dit...

A Anonyme le dernier

Votre commentaire me semble des plus biaisé vous semblez oubliez que la personne propriétaire ou actionnaire de Domco et Tapage a enfin débarasseé la Ville de Blainville de Gingras et de sa firme préférée d'avocats Dunton Rainville... combien pont coûté les lubies de Gingras contre Dominic Cayer... très très cher et ce, envers une employée municipale... Alors melez vous de votre réguion on a assez de prpoblèmes chez nous sans avoir vos commentaires biaisés.

Tout se sait
Gingrde faudrait venir semer la zizanie dans notre région contentez vous de vous occuper de la v