«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

25 juin 2008

Mots dits

Je vous livre à l’occasion, à petite dose, histoire de faire durer le plaisir, mes «traits d’esprit », que je consigne scrupuleusement dans un petit cahier. En voici quelques-uns ayant pour thème les politiciens.

«Les politiciens craignent les questions des journalistes
alors que c’est de leurs propres réponses qu’ils devraient se méfier.»

«Vous savez qu’un politicien tente de vous embobiner quand son discours est cousu de fil blanc.»

«Lorsque vous lancez des promesses en l’air, elles vous retombent toujours sur le nez.»

«Un politicien qui pratique la langue de bois aura une carrière en dent-de-scie.»

7 commentaires:

Pierrot a dit...

En voici quelques unes que j'ai glanées par ci par là:

« Les grands-pères et les petites filles se pardonnent toujours tout »
Dan Brown, « Da Vinci Code » page 182

« Des paroles dures et amères sont la marque d’une cause fragile »
John Grisham, « Le Dernier Jurè » page 113

« L’insulte est l’arme des faibles »

« Si vous luttez vous n’êtes pas certain de gagner mais si vous ne luttez pas vous êtes certain de perdre »

« A quelques uns l’arrogance tient lieu de grandeur et la fourberie tient lieu d’esprit »

Jean-Pierre St-Germain

Esperanza a dit...

Question posée à un maire: "Qu'est-ce que le développement durable?"

Réponse: "Le développement durable c'est un développement dont les retombées sont d'au moins quatre ans!"

Le pire c'est qu'elle est véridique... Est-ce candide ou imbécile? Je ne me prononce pas!

André Bérard a dit...

@ Esperanza

Laisse-moi trancher pour toi. C'est de l'incompétence. L'imbécilité vient juste après, lorsque l'on persiste et signe sans reconnaître ses limites. Ont dit des gens d'affaires qui réussissent qu'ils ont la sagesse de reconnaître leur inaptitude en certains domaines et y pallier par des partenariats éclairés. Il en va de même avec les élus.

Les petits villages de région comptent malheureusement beaucoup d'élus qui ont franchi la ligne. Les nouveaux enjeux dépassent l'entendement de bon nombre d'entre eux, qui devraient avoir la sagesse de se retirer avant de nuire davantage à leur communauté.

Certains se glorifient de leur légitimité d’élus. Dans les faits, les citoyens «embauchent» les élus, mais contrairement au privé, il est impossible de congédier les mauvais éléments qui sont légion au sein de plusieurs conseils municipaux.

Il n’y a rien de plus dommageable pour une ville qu’une poignée d’incapables qui se croient talentueux.

Les exemples abondent...

Inkognitho a dit...

Bon été André. Je ne laisse pas de commentaire, mais je te lis toujours. Si je passe par ta belle région en août, je te ferai signe. Une blonde en ta compagnie serait grandement appréciée. Inkognitho

André Bérard a dit...

@ Inkoghitho

Ce sera un réel plaisir de te serrer la pince, en compagnie de la blonde, qui est plutôt brune.

Bon été!

Zoreilles a dit...

Sous les clins d'oeil et les sourires en coin, on trouve ici de grandes vérités...

P Saucier a dit...

Langue de bois, dents de scie, beaucoup d'esprit! Ça «tranche» avec les autres. Vous avez la «fibre» un peu irrévérencieuse. Vraiment, du bon «bouleau». Non, je ne suis pas Guy Mongrain.