«Le journalisme civique vise à fournir aux gens des possibilités d'intervention afin de les amener à agir, et encourager l'interactivité entre les journalistes et les citoyens. Il cherche à créer un dialogue avec les lecteurs, au lieu de se borner à transmettre les informations en sens unique et à inonder le public de données, comme cela se passe si souvent dans le journalisme traditionnel.»


— Jan Schaffer, directeur du Pew Center For Civic Journalism

03 décembre 2006

Péril en la (mise en) demeure

MISE À JOUR

L'affaire des mises en demeure fait l'objet d'un article dans Cyberpresse. Un texte de Marie-Eve Morasse. En date du 5 décembre 2006, c'est le deuxième article le plus lu sur ce site. Comme quoi cette affaire touche de près la communauté virtuelle.

Les événements de la dernière semaine ont soulevé plusieurs questions concernant la libre expression, la liberté de presse et le rôle des blogues dans les communautés. Les « médias citoyens », et ce qu’il est maintenant convenu d’appeler le journalisme civique, sont là pour rester et joueront un rôle grandissant dans les communautés virtuelles et physiques. L’intérêt suscité par l’affaire des mises en demeure, tant dans la blogosphère que dans les médias traditionnels, témoigne de l’importance de ce nouveau média.

La vitesse épidémique avec laquelle l’histoire s’est propagée est éloquente. Les blogues sont désormais un outil démocratique incontournable permettant d’exercer le droit à la liberté d’expression. Ce droit est cependant lié à un devoir : celui du respect des individus. Ce qui nous emmène à nous interroger sur la surutilisation de l’anonymat dans le contexte des blogues d’opinions et de journalisme civique. En ma qualité de blogueur, j’ai choisi d’écrire sous mon vrai nom. Ce qui me responsabilise vis-à-vis de mes textes. À ce sujet, le maire Cardinal a d'ailleurs souligné à de multiples reprises que les mises en demeure ne concernaient pas mes billets, mais certains commentaires laissés par des lecteurs utilisant l’anonymat : « Je n’en veux pas après les articles de M. Bérard. Ce sont les commentaires mensongers qu’on peut lire à mon égard. »

J’ai d'ailleurs, à plusieurs reprises, supprimé des commentaires disgracieux visant le maire et moi-même, tous publiés sous le couvert de l’anonymat. Je crois que les fidèles lecteurs de ce carnet connaissent mon allergie à l’anonymat. Lorsque je laisse un commentaire dans les autres carnets, il est toujours signé. Si nous souhaitons, en tant que blogueurs libres, bâtir la crédibilité du média que nous avons choisi pour nous exprimer, nous devons aller jusqu’au bout de notre démarche. C’est particulièrement vrai pour les blogues d’opinions et ceux qui pratiquent le journalisme civique. Cependant, je suis aussi d’avis que tous les blogues ne doivent pas nécessairement « jouer un rôle. » Ils peuvent aussi être simplement amusants, distrayants, légers.

Certains participants souhaitent écrire sous le couvert de l’anonymat. Suis-je responsable des propos tenus par les participants de ce blogue? Personne n’a de réponses claires à cette question. À ma connaissance, il n’y a aucune jurisprudence au Canada. En Californie, certains tribunaux ont statué qu’un blogueur ne peut pas être tenu responsable des commentaires laissés par ses lecteurs. Quand le maire dit : « quand quelqu’un dit que je collecte 100 000 $ avec ça, c’est à lui (André Bérard) de dire que ce n’est pas vrai », je réponds : ce n’est pas à moi de dire si c’est vrai ou faux, car je n’en sais rien. C’est à l’auteur du commentaire de le prouver. De tels commentaires livrés par des anonymes sont tout aussi irritants pour moi que pour le maire. Je comprends sa position, et je souhaite qu’il comprenne la mienne. Lorsque j’ai activité la modération des commentaires, alors que le dossier de La Rolland battait son plein, j’ai été accusé de censure par mes lecteurs. Si je ne les modère pas, je reçois des mises en demeure.

Les anonymes seront désormais sous surveillance dans ce carnet. Ils seront tolérés dans la mesure où leurs propos seront en lien avec le sujet du billet et qu’ils enrichiront le débat. Je n’ai malheureusement pas les moyens de lancer une croisade et de faire jurisprudence. La Ville oui. Sinon, je le ferai sans hésiter. Le débat est toutefois passionnant et mérite qu’on s’y intéresse. Je souhaite que l’aventure ait permis à la Ville de prendre conscience que les deux blogues de Sainte-Adèle font partie des médias lus et aimés des Adéllois. Le dialogue et la participation à ces tribunes sont préférables aux inutiles et coûteux recours légaux. Les mauvaises nouvelles se propagent vite, les bonnes aussi.

Je termine ce billet sur une phrase que j’ai entendue, je ne sais plus où, et qui dit : un arbre qui tombe fait plus de bruit qu’une forêt qui pousse.

À suivre …

27 commentaires:

Anonyme a dit...

etes vous en train de reculer?

André Bérard a dit...

Je dirais plutôt que je suis en train d'avancer et de passer à autre chose. L'administration municipale dispose de moyens que je n'ai pas. C'est à dire NOS moyens, NOTRE argent. En cas de poursuite, qui va assumer mes frais d'avocat? Vous, mon voisin, Mme Sigouin? j'en doute. Dans le cas du maire et de son équipe, c'est justement vous, mon voisin et Mme Sigouin qui paierez les frais d'une poursuite. Je cite encore une fois Sylvain Martel du Gros BS « on vous a passé sur le corps avec un bulldozer, mais faut pas le prendre mal, on voulait simplement vous klaxonner ».

Voyant les méthodes utilisées par le maire et son équipe pour simplement s'expliquer avec les citoyens de Sainte-Adèle, permettez-moi de craindre le pire. Comme je l'ai déjà mentionné, ceux qui se sentent bâillonnés n'ont qu'à téléphoner au maire et s'expliquer avec lui. Tout le débat se résume à cette question: suis-je responsable des commentaires laissés par mes lecteurs? Pour avoir la réponse à cette question, il faudrait se livrer à un combat légal que je n'ai pas les moyens de me payer. Si un avocat souhaite se lancer dans l'aventure bénévolement, comme moi je le fais en parlant des affaires municipales dans ce carnet, je le suis. Sinon, je persiste en écrivant mes billets sur l’urbanisation, l’environnement, le maire et son équipe, etc. Mes lecteurs pourront continuer de laisser des commentaires dans mon carnet, même sous le couvert de l’anonymat. Seule différence : j’aurais un œil sur leurs allégations. En ma qualité de journaliste, je rédige des textes dont les propos sont vérifiables. Je pose des questions légitimes. Je mets en relief certaines bizarreries, etc. Pourquoi ceux qui laissent des commentaires bénéficieraient-ils d’une immunité? Je ne recule pas, je fais exactement la même chose qu’avant. Je demande seulement la collaboration des participants. Comme je l’ai d'ailleurs toujours fait. Je déplore les méthodes utilisées contre moi. Ils ne m’ont jamais appelé, préférant frapper fort à l’aide de mises en demeure. Ce n’est pas moi qui recule, c’est la Ville qui tente de m’arrêter.

Inkognitho a dit...

J'admire votre droiture M. Bérard. Si la société avait seulement le dixième de la vôtre.... pardon je m'égare dans mes rêves.

Encore une fois, je ne peux que saluer votre excellent travail. En espérant que d'autres suivent vos pas.

Inkognitho

Qu'on se le dise... en rose ! a dit...

André, je viens de lire le texte journalistique de l'année 2006...

À suivre dans la Ruche !

Anonyme a dit...

Je vais dire comme M. Vandal, je vais suivre l'affaire de très près.

Michel Leblanc a dit...

Monsieur Bérard

Simplement bravo pour toute cete affaire et la façon dont vous l'avez géré. J'abhore moi-même les commentaires anonyme et je vous appuie dans votre gestion de ceux-ci. Bonne continuation.

Esperanza "ExLibrex" a dit...

Excellente réflexion André,

Je vais tout à fait dans ton sens sur la gestion des commentaires. Je suis aussi tout à fait en accord avec ton analyse de ce qui s'est passé. J'ose espérer que tu auras, un jour, la chance d'en discuter ouvertement avec le Maire de Sainte-Adèle, il me semble que ce serait la dernière boucle qui concluerait cette affaire...

Tu fais de l'excellent travail tant au niveau journalistique traditionnel qu'au niveau carnetier libre. Cette histoire a permis à beaucoup de monde de faire une réflexion "pratique" sur le phénomène carnetier, ce qui, à mon avis, était plus qu'important.

Anonyme a dit...

on a failli renverser cette administration dommage
coome dit rene levesque a la prochaine

Anonyme a dit...

de meme j'abandonne..

Bonne chance André.

S.Martel a dit...

Vous ne renverserez pas grand chose si vous n'osez même pas signer un simple commentaire chers anonymes...

Je comprends André de ne pas vouloir se coucher sur la voie ferrée à attendre le prochain train, il n'a aucun intérêt à le faire. Entamer des procédures judiciaires lui coûterait les yeux de la tête et l'empêcherait de donner son avis et de commenter l'administration municipale pour plusieurs années.

Je pense qu'il est beaucoup plus bénéfique pour Ste-Adèle debout au micro qu’assis dans une salle d'attente du système judiciaire.

Anonyme a dit...

Ceci est mon dernier commentaire et dernière visite de se blogue.

A toi S. Martel.
Quoi que je respecte énormément le soutient pour André et autant ton blogue très excellent , je croit seulement qu'il est facile pour toi de dire ce genre de commentaire puisque tu ne demeure pas ici a Ste-Adele.

Mais de la a blâmer juste les anonymes la je ne comprends plus votre point de vue et personne non plus.

Le pointages final est :
1 a 0 pour JPC vis a vis LUC
0 a 0 pour André Berard vis JPC
1 a 0 A Berard vis citoyens

ca va finir 1 a 0 JPC vis citoyens

Alors va falloir que nous expliquiez cher blogueur. parce que personne ne complus rien ici.

Bonne chance

Anonyme a dit...

si t'est pas pour aller jusquau bout falait pas partir en lion

la il t'on fait taire mais pas a peu pret

moi je te dis au fond on etait mieux avant que tu commence a foullier

la cardinal sait qui peut faire taire nimporte qui

la on faite a l'os grace a toi

Anonyme a dit...

hey
ca marche les mise en demeure
bravo cardinal ils ont tous reculer on fond c'est toi qui a raison
c'est des poules moullie

johanne a dit...

oui annonyme tas raison
et nous autres on a cru que berard a le courage de ces convictions
pauvre petit peuple oups nation

Anonyme a dit...

tu leur a donner une claque sur la geule et t'est parti a courir de peur
pourquoi avoir si peur
pauvre toi

Inkognitho a dit...

Je capote????
@ Anonimous et @ Johanne. Qui croyez-vous qu'est André Bérard? Une sorte de justicier qui peut affronter vents et marées comme bon lui semble? C'est un homme comme vous et moi avec cependant beaucoup plus de courage. Il a osé dire ce que d'autres gardaient en silence. Maintenant c'est à tout le monde d'emboîter le pas. La mise en demeure était pour des commentaires autres que les siens. Alors pourquoi paierait-il pour ceux qui crient sans qu'on les reconnaissent? La parole est facile quand tu ne risques rien. Franchement.

Inkognitho

André Bérard a dit...

Je reconnais ici le même groupe d'anonymes qui, durant l'affaire de La Rolland, m'a obligé à activer la modération des commentaires. Je reconnais aussi Johanne, qui, quant à elle, s'était amusée à se créer un profil qui menait à des images pornographiques.

S'ils persistent, je devrai activer encore une fois la modération des commentaires.

Désolé

Luc a dit...

Cher anonymes, vous le saviez peut-être pas, mais il est possible de créer un blogue gratuitement.

Qu'attendez-vous, pour créer annomyne.blogspot.com?

Et surtout n'oubliez pas d'activer vos commentaires :)

Anonyme a dit...

Voici une petite synthèse des questions à répondre mon Jean-Paul avant de pouvoir dire si tu as réussi à nous faire peur!

Le mileu humide du lac Deauville?
La démentèlement des sièges du de ski Chantecler?
L'ilôt Grignon?
La bataille de la RollandGate?
Le contrat de citec et sciparc?
La démission de Lalande et la tienne du conseil de la Rolland?
Le blogue à André?
La poursuite contre Maerix?
Publicité dans projet Delacroix?
les mises en demeure?
les email aux bloger du québec par la secrétaire à Mongeau?
Les frais d'avocats reliés à ta mauvaises gestion?
L'argent de la ville pompé dans la Rolland?
La gestion des eaux usées dans la riviére?
le temps consacré aux ressources de la ville dans ces dossiers?

ai-je oublié quelque chose?

Anonyme a dit...

Définitivement ces anonymes sont généralement une plaie!

Ces citoyens sans visages et sans noms n'apportent rien (encore une fois généralement) à n'importe quel dossier.

Mistral a dit...

Je ne peux concevoir qu'on puisse vous intimider avec des menaces municipales de mises en demeure de vous rétracter, vous et ceux qui vous visitent! Je voudrais bien voir ce pourri de maire d'un honnête patelin intenter une action contre moi, contre vous! Qu'il y vienne.

Jonthemoon a dit...

Je suis outré de ce qu'on ne puisse même pas dire ce que l'on veut sur un blog. Vous devriez faire passer votre blog pour un blog pseudo-humoristique où vos propos ne seraient pas traités de la même façon par les autorités. Mais vous pourriez quand même dire les mêmes choses... Dommage qu'on aille la liberté de presse sans pouvoir dire ce que l'on pense... ça me fait peur :-(

André Bérard a dit...

@ Mistral

Votre commentaire pourrait offusquer le maire. Vous avez le courage de le signer, et d'en assumer la paternité. Ainsi, on ne pourra m'accuser de rien. Je salue ceux qui ont le courage de leurs opinions en signant leur commentaire. Un carnet n'est pas un foutoir ou les anonymes peuvent trouver un exutoire à leur trop-plein de fiel.

M. Mistral exprime une opinion en terme coloré. Il a le droit d'utiliser les superlatifs qu'ils jugent à la hauteur de son propos dans la mesure où il ne se réfugie pas dans le bunker de l'anonymat pour le faire. Le maire et son équipe peuvent facilement communiquer directement avec l'auteur du commentaire et « s'arranger » avec lui en cas de problème.

Anonyme a dit...

7h17, 7h19, 7h22, 7h25... ou bien il y a une rencontre des AA (Anonymes-Anonymes) de Ste-Adèle le lundi soir, ou plus probablement il s'agit d'une seule et même personne.

En fait, c'est très clair que c'est la même personne puisque les commentaires sont remplis des mêmes fautes d'orthographe.

À moins que ça soit des anonymes ayant des difficultés de français qui se rencontrent le lundi soir...

Anonyme a dit...

Heu...Je ne suis pas certaine d'être sur la bonne page, mais je voulais te laisser une autre adresse pour enregistrer ton blogue. La voici:
http://www.blogues-quebec.com/

Anonyme a dit...

Pour ce qui est de la jurisprudence, il y a un autre cas en cours depuis quelques mois, de Vancouver : P2Pnet. L'histoire est très similaire, ce sont les commentaires qui sont ciblés, et non les textes du carnet lui-même.

thesam a dit...

test